Publié le 3 commentaires

Claude Pelieu / Un amour de beatnik – Lettres et textes à Lula-Nash (1963-1964) / Editions Non lieu / Exposition

Mardi 6 novembre à 18h30, lancement du livre Un amour de Beatnik et vernissage d’une exposition de collages de Pelieu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Claude Pélieu, né en 1934, mort en 2002, est aujourd’hui reconnu par une frange importante de poètes, écrivains, musiciens actuels comme un grand initiateur, un passeur, un ouvreur de mondes possibles. Apparu dans le paysage littéraire français de façon brutale et inattendue avec le fameux Cahier de l’Herne Burroughs/Pélieu/Kaufman en 1968, il a publié à l’époque plusieurs livres mythiques dont Jukeboxes et Tatouages mentholés et cartouche d’aube, directement en poche (10/18) dans les années 1970. Seul poète français embarqué dans l’aventure beat, ami de Burroughs, Ginsberg, Kaufman, Corso, Neal Cassady, Tim Leary et bien d’autres, il a côtoyé et traduit en français la plupart des auteurs de la Beat Generation. Son premier recueil, Automatic Pilot, fut symboliquement publié conjointement par la librairie City Lights et les Fuck You Press d’Ed Sanders, directement en anglais, en 1963.

 Aucun texte antérieur à ses 30 ans ne semblait avoir survécu. Aujourd’hui, Un amour de beatnik, collection de lettres et de textes de 1963 et 1964, vient à point nommé donner un éclairage sur la période pré-US de Claude Pélieu.

Ce recueil est constitué de lettres envoyées à Lula-Nash, sa première femme qui vient alors de le quitter, et de textes poétiques. Les lettres forment un formidable journal-poème d’une langue magistrale. Les textes poétiques, très étonnants, nous montrent un poète à la langue déjà sûre et affirmée. Avant même d’avoir lu Burroughs et Ginsberg, Pélieu a réussi, à l’époque, à produire un ensemble textuel d’une modernité exceptionnelle, très proche des expérimentations poétiques de Burroughs et Ginsberg, dans une convergence d’esprit très troublante.

Ce livre est enrichi de découvertes importantes sur la bio-bibliographie de Claude Pélieu. L’auteur de l’appareil critique du livre, Benoît Delaune, est docteur en littérature comparée, spécialiste de la beat generation et surtout des écrits de William Burroughs. Ami et éditeur de Claude Pélieu, il a mené des recherches approfondies. Il réussit ainsi à dresser dans son introduction un portrait de Claude Pélieu en jeune poète révolté, proche des courants d’avant-garde, au fait de la poésie sonore ou du happening. Le parcours spirituel et artistique du poète, avant sa découverte des auteurs ‘beat’, est enfin tracé grâce aux recherches effectuées pour ce livre.

Publié le Laisser un commentaire

Laurent Rivelaygue / Von mopp illustré / Editions Baleine / Lancement

Vendredi 2 novembre à 18h30

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ababouiné, borborygme, champignonnière, kleptomane, notonecte, ornithorynque, physiognomonie, raspoutitsa, sphincter, xénophile, zapadliski… Voici, enfin réunis en un luxueux volume, les mots difficiles ou imprononçables de la langue française… Ceux que l’on n’utilisait jusqu’ici qu’avec une infinité de précautions, comme en traversant une rue verglacée avec la hantise d’une glissade pathétique, au risque de déclencher l’hilarité générale. Chaque terme, soigneusement choisi* par l’injustement oublié Sigismond Von Mopp, est accompagné de définitions claires, érudites et humoristiques, d’exemples et de mises en situation, le tout enrobé d’illustrations en couleur de Laurent Rivelaygue.

Publié le Un commentaire

Yann Kebbi / Americanin / Editions Michel Lagarde / Lancement

Mercredi 31 octobre à 18h30

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Americanin est le récit d’un chien qui retrouve ses amis après un voyage à New-York. Le pelage, teint aux couleurs du drapeau américain, il raconte son voyage à ses amis, en s’attardant surtout sur les détails absurdes des lieux cultes qui rendent cette ville magique.
Ce livre fonctionne sur trois niveaux : le texte narratif, les chiens qui se font des blagues et réagissent au récit, et des illustrations en couleur. Un album dynamique qui permettra aux enfants de connaître cette ville hors du commun outre-Atlantique, tout en se laissant aller dans une histoire canine drolatique.

En savoir plus ici.

Publié le Laisser un commentaire

Freak wave # 3 / Lancement

Dimanche 28 octobre à 16h30, lancement en présence des artistes.

Radicalement subversive, dérangeante, voire noire, la revue Freak wave est un mélange de styles, de générations et d’origines unifiés dans un même thème : un insolent parti-pris misanthropique. Donner libre cours aux humeurs, fussent-elles fielleuses ou cyniques, aux antipathies pathologiques ou plus simplement à la sincérité.

Freak wave, c’est l’art descendu de son piédestal, ébouriffé de contre-culture et d’imagerie populaire. Peintures de fêtes foraines, photomontages troubles, dessins porno-sociaux, pamphlets rageurs, prose décadente et poésie kamikaze participent de la subversion, à contre-courant de l’art officiel engendré par les écoles des Beaux-Arts du Commerce et de la Banalité Equitable.

De la littérature noire à la peinture mauvais genre, Freak Wave fédère les courants de la contre-culture française et étrangère.Bousculant les barrières de l’art, les influences pêle-mêle des fanzines, du multimédia, de l’art brut, des écoles sensationnistes sud américaines, ou encore l’arrivée d’une école africaine curieuse, dévoreuse d’Occident, ces tendances si diverses font de cette mouvance un courant artistique majeur du début du 21e siècle.

Freak wave. Revue d’images et textes bilingues (français/anglais).

Freak Wave #3

Ce troisième numéro oscille entre culture ethnique, culture punk/rock et art voyou. On y retrouve Jérôme Bertin, Olivier Allemane, Kiki Picasso, Christophe Siebert, Féebrile, Anne van der Linden…

Freak wave 3 présente aussi un choix d’artistes subversifs chinois issus des circuits alternatifs : A-Geng, les frères Gao, Hou joun ming… Une occasion exceptionnelle de découvrir certains artistes underground totalement inédits en Europe. Sont également présentés des artistes situés au croisement de plusieurs modes d’expression : Nick Zedd, peintre et figure 80’ du cinéma underground américain, Jérôme-David Suzat-Plessy, musicien et poète, Jean-Louis Costes, écrivain et musicien avec un dossier sur ses performances légendaires…

Un dossier littérature de bagnards et art de prisonniers complète le travail amorcé sur ce sujet dans le précédent numéro.

Une publication de référence pour curieux de culture alternative.

Publié le Laisser un commentaire

Henning Wagenbreth & EMG / Plastic dog & Tremblez enfance Z46 / L’Association & Tanibis / Lancements

Vendredi 26 octobre à 18h30, rencontre en présence des auteurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plastic dog de Henning Wagenbreth

Il était temps de rendre enfin disponible Plastic Dog, bande dessinée du pionnier allemand de la bande dessinée sur ordinateur, Henning Wagenbreth. Graphiste ta-lentueux et reconnu, Wagenbreth avait à l’origine conçu cette œuvre pour les premiers ordinateurs de poche (Pocket PC, Palm OS), en véritable précurseur de cette bande dessinée numérique encore balbutiante aujourd’hui. Les aventures de Plastic Dog avaient ensuite été publiées dans le quotidien allemand Die Zeit, qui diffusait en parallèle une version numérique via leur site.

Cette première édition en livre cartonné donne enfin un écrin à la mesure de sa réussite. Plastic Dog, créature à la fois humaine, canine et plastique, vit des aventures étranges avec robots et jeux vidéos meurtriers dans un futur de science-fiction et dans un au-delà cauchemardesque. Les pixels et l’humour caustique d’Henning Wagen-breth peignent, en 26 planches somptueuses, des fables où la technologie sert avant tout à nous empêcher de sombrer dans la dépression, sans nous sauver du désastre environnemental et humain, bien au contraire.

Tremblez enfance Z46 de EMG

Histoire d’amour impossible, Tremblez enfance Z46 suit tour à tour Hicham, travailleur d’un pays du « nord », et sa femme Wassila, restée au « sud », dans la course folle qui les sépare.
À contre-courant des guerres et des accidents qui agitent l’univers policé et pixellisé dans lequel ils évoluent, les deux amoureux s’élancent l’un vers l’autre, convergeant vers « Ville Frontière », zone surveillée et dangereuse où, espèrent-ils, ils se retrouveront. Mais l’urgence de leur rendez-vous est sans cesse reportée, plongeant le lecteur dans les abysses d’un monde vectoriel, onirique et dangereux.

À raison d’une image par page, EMG démontre avec brio dans ce premier livre, la beauté et l’inventivité d’une bande dessinée 100% électronique, nourrissant cette fable sur l’immigration de parti-pris radicaux et d’innombrables inventions formelles, la moindre n’étant pas son étonnante structure de livre-miroir : les deux parties du livre narrent les périples des deux protagonistes dans des temporalités inversées, la fin du récit se situant au milieu de l’ouvrage, condamnant nos personnages-rubans à ne s’éprendre qu’en rêve.

Publié le Laisser un commentaire

Sandrine Martin / La montagne de sucre / Editions l’Apocalypse / Exposition

Jeudi 25 octobre à 18h30, vernissage en attendant le livre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici un ouvrage qui pourrait faire un cas d’école théorique : est-ce qu’un livre constitué d’un dessin par page, sans apparente continuité narrative, mais qui (malgré le fait que les protagonistes changent de visage) semble nous raconter quelque chose quand même, peut être considéré comme de la bande dessinée ? La bonne nouvelle, c’est que La Montagne de sucre est tellement au-delà de ces questions qu’elle les rend caduques. Sandrine Martin nous évoque, en autant de magnifiques petits tableaux au crayon, la rencontre, les entrechats, l’idylle, la désillusion, la rupture. Parfois réalistes, parfois métaphoriques, oscillant entre le sublime et l’humour noir, Sandrine Martin nous offre tout simplement un extraordinaire livre sur l’amour. Ce qui, on en conviendra, n’est pas donné à tout le monde.

 

Publié le Laisser un commentaire

Fais parler les murs / Editions Actes sud junior / Lancement

Mercredi 24 octobre à 17h30

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour fêter la sortie de Fais parler les murs !, Cécile Gabriel sera entourée d’artistes qui ont collaboré au projet pour une rencontre -happening devant le Monte-en-l’air.

Fais parler les murs ! : un regard ludique et créatif sur le street-art : avec la complicité de la photographe Cécile Gabriel, les pages de ce cahier d’activités se transforment en murs sur lesquels on découvre un univers artistique intimement lié à la géographie urbaine. 9 portraits de street-artistes pour vingt-cinq activités autour de leurs différentes techniques : le monde labyrinthique de L’Atlas, l’autoportrait à la manière de Jana & JS, l’oeil hypnotisant du Cyklop ou bien encore les pochoirs de Mosko & Associés… Et grâce à une planche de gommettes agrafée dans le cahier, on recrée l’univers de jeux vidéo pixélisé de Space Invader !

Des activités originales pour peindre, coller, découper, tracer en compagnie des plus grands street-artistes : Invader, Jérôme Mesnager, L’Atlas, Mosko&Associés, Le Cyklop, Jana&JS, Gregos, Kouka, Stoul.

Plus d’infos sur le livre ici : http://www.actes-sud-junior.fr/9782330009274-l-cecile-gabriel-fais-parler-les-murs-.htm
https://www.facebook.com/pages/Les-livres-de-Cécile-Gabriel/130219407050610
www.faisparlerlesmurs.tumblr.com
http://montenlair.wordpress.com/2012/10/08/fais-parler-les-murs-editions-actes-sud-junior-lancement/

Publié le Laisser un commentaire

Collectif Argos / Gueule d’héxagone / Editions Intervalles

Mardi 23 octobre à 18h30

Ce nouveau projet documentaire et artistique du Collectif Argos a pour ambition de dessiner un portrait humain de la France en impliquant le public.

Après Réfugiés climatiques, réédité en 2010, Gueule d’Hexagone est le recueil d’une sélection de photographies et de textes, fruits de reportages au long cours réalisés entre 2010 et 2011 dans six communes françaises. Autant d’histoires racontant la spécificité de chaque territoire, sa connexion au monde et la vie quotidienne de ses habitants.

GUEULE D’HEXAGONE
Le synopsis
De ces enquêtes et de ces rencontres ont émergé six problématiques locales de portée globale : désindustrialisation à Charmes (Vosges) ; solidarité entre footballeurs à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) ; embourgeoisement des centres villes à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; alimentation durable à Plozévet (Finistère sud) ; identité à Saint-Paul-sur-Ubaye (Alpes-de-Hautes-Provence) et la diversité des communautés à Sarcelles (Val d’Oise).
Ce nouveau projet documentaire et artistique du Collectif Argos a pour ambition de dessiner un portrait humain de la France en impliquant le public.

Le leitmotiv du collectif Argos : le journalisme comme outil de démocratie.

La démarche
Chacun des six chapitres est introduit par une photographie de Jacques Windenberger, dont l’oeuvre, qui court sur un demi-siècle, est le point de départ de ce travail documentaire. Ce photojournaliste est l’auteur d’une méthode innovante de « l’information-participation » : les premiers bénéficiaires des reportages sont ceux qui en font l’objet. Depuis son origine, Gueule d’Hexagone est un projet participatif.

En témoignent :
– le choix de ne commencer l’enquête qu’une fois sur le terrain ;
– des ateliers d’écriture et de photographie ;
– la mise en ligne d’un blog interactif ;
– les restitutions publiques organisées après chaque résidence de repérage puis à la suite de chaque reportage ;
C’est l’occasion, à chaque fois, de soumettre à une critique collective une sélection d’images et de témoignages, un choix de narration ou
encore un angle de travail.

Le Collectif Argos

Créé en 2001, le collectif Argos rassemble dix journalistes. Autant d’auteurs investis dans une démarche documentaire fondée sur la nécessité de témoigner des mutations du monde contemporain. Que ces changements soient écologiques, économiques, politiques ou culturels, discrets ou spectaculaires, locaux ou globaux, néfastes ou porteurs d’espoir, l’être humain est toujours au coeur de leurs récits.
En 2004, lorsque le collectif décide de travailler sur les conséquences du dérèglement climatique, il se tourne ainsi vers les populations les plus immédiatement menacées. Fruit de cette longue enquête, le livre Réfugiés climatiques a été réédité en 2010.
Être au plus près des hommes et des femmes dont ils parlent, prendre le temps nécessaire pour construire une relation de confiance sont, pour les photographes et les écrivains d’Argos, les conditions sine qua non d’un travail conçu comme un outil de démocratie.
Depuis son origine, le collectif Argos est également un laboratoire transmédia qui cherche à repenser la réalisation, l’écriture et la diffusion de ses projets dans un univers médiatique en pleine révolution.

Les auteurs

Marie Bonnard
Guillaume Collanges
Hélène David
Sébastien Daycard-Heid
Jérômine Derigny
Cédric Faimali
Elsa Fayner
Donatien Garnier
Eleonore Henry de Frahan
Aude Raux
Catherine Sabbah
Laurent Weyl
Jacques Windenberger

Plus d’infos .

Une article de rue 89.

Publié le Laisser un commentaire

Olivier Philipponneau & Alice Brière-Haquet / Le peintre des drapeaux / Editions Frimousse / Lancement

Dimanche 21 octobre à 17h, rencontre et dédicace avec Olivier Philipponneau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Le peintre des drapeaux adorait son boulot. Les gens les plus brillants des plus brillantes nations venaient à sa maison pour lui confier une bien belle mission. Faire claquer dans le vent leurs plus grandes idées : l’égalité, l’amour, la liberté… Mais un jour il doit se rendre sur le champ de bataille et voit alors ses drapeaux à l’usage… Existe-t-il un moyen d’arrêter le massacre ?

Les gravures sur bois, douces et brutes à la fois, d’Olivier Philipponneau accompagnent une nouvelle fois les mots d’Alice Brière-Haquet pour un livre sans compromis sur la beauté des idéaux et leur fragilité aussi. Pour les petits comme pour les grands. »

Plus d’infos ici : http://www.philipponneau.com/blog/tag/le-peintre-des-drapeaux/

Publié le Un commentaire

Les cahiers du football, de foot et d’eau fraîche / Editions Solar / Lancement

Samedi 20 octobre à 18h30

On n’avait pas vu de tacle aussi appuyé, dans le monde du football,
depuis la retraite de Francis Llacer…

Esprits satiriques et critiques dans cet univers, les Cahiers du
football agitent le web, les média et la sphère footballistique depuis
plus de 15 ans. C’est donc avec bonheur que les aficionados et les
sympathisants de cette aventure éditoriale et participative unique
retrouveront une sélection d’articles, d􀁠illustrations et de parodies
triés sur le volet, drôles, moqueurs et corrosifs – ou encore des
débordements aussi imprévisibles que ceux de Bernard Mendy. Ce
best-of actualisé dessine, par touches successives, un tableau au
vitriol de la société du spectacle footballistique, mais jamais dénué
d’amour pour le ballon rond.

Fruit d’une décennie et demie d’articles mis en ligne sur Internet
depuis 1997 ou publiés dans les 43 numéros « cultes » de leur
magazine entre 2003 et 2009, cet album-collector combine dans un
redoutable cocktail, intelligence, humour et design graphique.
Ré-agencées dans une maquette à la fois sobre et novatrice, toutes
les rubriques qui font la légende des Cahiers prennent une nouvelle
dimension : de l’hommage vibrant rendu à tous les lauréats du
célèbre « Ballon de Plomb » aux meilleures lucarnes, brèves, fausses
pubs et autres saillies adressés aux joueurs, entraîneurs et
commentateurs télé, c’est tout le football français – et un peu plus –
qui se trouve dynamité dans un même mouvement d’allégresse
stylistique et graphique.

Les Cahiers du football, De foot et d’eau fraîche concilie ainsi le plaisir des yeux et les vertus du rire avec une prise de recul salutaire et engagée sur le football.

Plus d’infos sur Les cahiers du foot ici.