Publié le Laisser un commentaire

Paul van der Eerden pour Dear Paul et HMM / Collectif Ensaders pour Qui rira paiera et Gianpaolo Pagni pour No body / Editions Solo ma non troppo

Vendredi 12 avril à partir de 18h30, rencontre en présence des auteurs avec les éditions Solo ma non troppo pour 4 nouveaux livres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dear Paul collection carnets visuels – et HMM de Paul van der Eerden, solitude, peur, violence et sexe : des thèmes récurrents dans l’œuvre de l’artiste, qui déploie ici comme dans l’ensemble de son travail toute la palette de ses moyens formels, à l’aide de simples crayons de couleur.

Qui rira paiera du collectif Ensaders, des dessins construits simultanément à 3 artistes à partir de citations, de thèmes sacrés et profanes, pour un univers décalé et inquiétant, faisant souvent écho à l’actualité.

No body de Gianpaolo Pagni -collection carnets visuels-. No body, composé de 137 dessins aux tampons, ressemble à une liste de sentiments, d’objets, choses, personnes, lieux, composant un corpus intelligible mais fragile aussi. Ce livre où l’accumulation et la répétition règnent en maîtres fous, nous parle d’étranges bustes, de pierres et de montagnes, de l’absurde mercantile, de rage et d’humour, de violence, de douleurs drôles, de l’amour, des larmes et du sang, de la solitude, du cinéma, des animaux et des nourritures peut-être, de la mort, de la répétition infinie.

Publié le Laisser un commentaire

DDESSIN [13] / Carte blanche au Monte-en-l’air

Le Monte-en-l’air présente :

Anne Van der Linden
Aurélie William Levaux
Caroline Sury
Christian Aubrun
Daisuke Ichiba
Jacques Pyon
Moolinex
Stu Mead
The Pit

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur une proposition d’Alexandre Devaux, DDessin (13) (qui prend la suite de Chic Dessin dans le cadre prestigieux de l’Atelier Richelieu) accueille la librairie-galerie Le Monte-en-l’air. Fondée en 2005 et agrandie en 2010, cette librairie-galerie de Ménilmontant est vite devenue un lieu de rendez-vous incontournable pour les passionnés d’éditions graphiques.
De nombreuses expositions ou événements y sont programmés autour du dessin. Ainsi s’est créé un point de rencontre entre auteurs, éditeurs et un public d’amateurs et de collectionneurs de dessins, de livres de dessins, d’estampes et d’objets, mais également de performances.

Pour cette première édition de DDessin, Le Monte-en-l’air propose une présentation originale de travaux de dessinateurs qu’il expose habituellement dans ses murs. Ces artistes, au delà de leur pratique du dessin, accordent une grande attention au support imprimé. Les graphzines, livres, estampes et autres objets d’édition sont devenus pour la plupart d’entre eux de véritables espaces de conceptualisation de leurs œuvres, en même temps qu’un moyen de les diffuser. Une occasion de les découvrir.

http://ddevents.fr/

Du 12 au 14 avril 2013
Vendredi 12 avril de 11h à 19h
Samedi 13 avril de 11h à 20h
Dimanche 14 avril de 11h à 17h

Vernissage le jeudi 11 avril à partir de 18h.
Pour recevoir une invitation au vernissage, merci d’en faire la demande à : lemontenlair@free.fr

Atelier Richelieu
60 rue de Richelieu
75002 Paris
Métros : Bourse, Richelieu-Drouot, Palais Royal-Musée du Louvre
Entrée : 7 euros / 5 euros

Publié le Laisser un commentaire

Pacôme Thiellement / Satan trismégiste / Delfeil de Ton / Mon cul sur la commode / Editions Wombat

Vendredi 5 avril à 19h30

Dans le cadre de sa résidence SATAN TRISMEGISTE au Monte-en-l’air, Pacôme Thiellement a la joie d’accueillir l’Unique Delfeil de Ton pour une soirée consacrée à la sortie de son roman porno chic aux Nouvelles Editions Wombat : Mon cul sur la commode. La soirée sera ouverte et close par une lecture dudit roman par l’exceptionnelle Lætitia Dosch.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon cul sur la commode : ce livre, commencé en 1975, terminé en 2012, longuement mûri, comme on voit, est né d’une circonstance : un grand hebdomadaire, à grand renfort publicitaire, se lança dans la publication en feuilleton du roman érotique le plus célèbre du vingtième siècle. Il s’agissait de « L’Express », dont la cofondatrice occupait alors la toute nouvelle fonction de secrétaire d’État à la Condition féminine, et il s’agissait d’ « Histoire d’O ». Justifier cette opération commerciale, de la part d’un journal qui s’était fait le champion des luttes féminines, n’était pas chose simple : il lui fallut se livrer à des contorsions intellectuelles du plus fort calibre, en matière d’hypocrite morale, pour associer ainsi, dans un même mouvement, « bonheur dans l’esclavage » et « libération de la femme ».

Le journal Hara-Kiri, qui se proclamait sans honte, lui, « bête et méchant », ne pouvait laisser passer le cynisme d’un pareil coup éditorial sans en faire son miel et publia aussitôt une charge, sous le nom de « Mon cul sur la commode », à la fois parodie d’Histoire d’O et célébration outrée des nouveaux (et nouvelles) thuriféraires d’un sadomasochisme dont le grand public, jusque-là, avait ignoré les vertus libertaires. Christian Bourgois, de son côté, en donna une édition à tirage limité.

Quatre décennies avaient passé. Il apparaissait que Mon cul sur la commode n’avait rien perdu de sa drôlerie ni de sa pertinence, et Delfeil de Ton, à l’instar de Pauline Réage avec « Retour à Roissy », n’avait plus qu’à en écrire la suite et fin inédite, c’est « Retour à Passy ».

Porno chic !

Un entretien avec Delfeil sur « Mon cul sur la commode » : http://www.evene.fr/livres/actualite/delfeil-de-ton-cul-sur-la-commode-nouvel-obs-iacub-1929156.php

Delfeil de Ton

Delfeil de Ton entre à « Hara-Kiri » en 1967. Il restera fidèle au journal jusqu’à sa disparition en 1986. Cofondateur de « Charlie Hebdo » en 1970, il le quittera cinq ans plus tard pour « Le Nouvel Observateur » où il signe toujours ses « Lundis de DDT » dont un premier recueil (1975-1977) est paru à L’Apocalypse en 2012. Il a également participé à « L’Autre Journal », « Siné Hebdo » et collabore aujourd’hui à « L’Impossible ». Il est l’auteur d’un fabuleux « Journal de Delfeil de Ton » (Wombat, 2011).

Lætitia Dosch
Actrice de théâtre et de cinéma, Lætitia Dosch est la co-auteur, avec Anne Steffens, d’un one-woman show hallucinant et glacé, à mi-chemin de Zouc et de Andy Kaufman, « Lætitia fait péter Ardanthé ». Elle a joué dans les spectacles dansés de Marco Berrettini (« Iffel ») et de La Ribot (« Paradistinguidas »), a reçu le prix d’interprétation au Festival Côté Court pour « Vilaine Fille, Mauvais Garçon » de Justine Triet en 2011 et joue le premier rôle dans « La Bataille de Solférino », long métrage de la même réalisatrice qui sort cette année.

Publié le Laisser un commentaire

Yann kebbi / Immo + / Editions 3 fois par jour / Exposition & lancement

Jeudi 4 avril à partir 18h30

A l’occasion de la publication de Immo + –un livre parallélogramme qui tiendra debout sur vos étagères avec couverture sérigraphiée publié aux éditions 3 fois par jour, exposition et dédicace de Yann Kebbi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Exposition du 4 au 14 avril

Publié le Laisser un commentaire

DMMP #9 / Lancement & Martes Bathori + Christophe Pernaude / Amis mots & faux amis / Lancement / Editions du Rouergue

Mercredi 20 mars à partir de 18h30, double lancement avec DMMP # 9 et Martes Bathori & Christophe Pernaudet pour Amis mots & faux amis publié aux éditions du Rouergue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’occasion de la sortie en librairies de la revue DMPP #9, Gérald Auclin présentera la revue à 19h et parlera de la vie et l’œuvre de l’artiste soviétique Lev Youdine, auquel DMPP consacre un important dossier dans ce numéro. A ses côtés, nous retrouverons Martes Bathori, auteur phare de la revue, dont l’esprit tortueux a été mis au service des enfants, puisqu’il a récemment illustré Amis mots & faux amis, soit une trentaine de poésies à contraintes sonores oulipiennes de Christophe Pernaudet, tout juste paru aux éditions du Rouergue.