Publié le Laisser un commentaire

Roxane Lumeret & Cécile Boyer / On pense à toi cheval & Rebonds / Editions Albin Michel / Lancement

Vendredi 4 octobre à 18h30, en présence des auteurs, soirée de lancement de deux albums publiés aux éditions Albin Michel : On pense à toi cheval de Roxane Lumeret & Rebonds de Cécile Boyer

cheval

Publié le Laisser un commentaire

Satan trismégiste / Laure Limongi / Soirée ANIMALE

Jeudi 3 Octobre à 19h, dans le cadre de sa résidence SATAN TRISMEGISTE, Pacôme Thiellement donne une carte blanche à Laure Limongi qui proposera une soirée consacrée à la représentation animale.

Avec Olivia Rosenthal (Que font les rennes après Noël ?, Verticales) et Julia Curiel pour les éditions des Grands Champs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Objets de fascination ou miroir critique de l’humanité, la place des animaux en littérature est rarement anodine. Les éditions des Grands Champs ont réédité le collectif Vie privée et publique des animaux* datant de 1867, illustré par Grandville. Avec Julia Curiel, l’une des deux éditrices des éditions des Grands champs, on évoquera ce livre poursuivant le message moral d’un La Fontaine pendant le Second Empire : Et si les Animaux opprimés depuis la nuit des temps se révoltaient et, pour faire entendre leur voix et sortir enfin de l’esclavage ?

Olivia Rosenthal lira un extrait de Que font les rennes après Noël ? On parlera ensuite avec elle de ce roman mettant en scène une petite fille qui se voit refuser l’animal de compagnie qu’elle souhaite tant, tout en proposant une réflexion sur la condition humaine et la domination des animaux par l’homme.

Enfin, Laure Limongi lira un extrait d’Anima de Wajdi Mouawad (Actes Sud). Impossible à décrire sans en trahir l’effet stupéfiant, on dira simplement qu’Anima narre une tragique histoire de meurtre à travers le regard et les voix d’animaux assistant à la scène et suivant le parcours des protagonistes. Roman minotaure, il exhibe sa monstruosité pour plonger au cœur des affects sans pour autant s’extraire de l’histoire sanglante des hommes.

L’œuvre féline Stehen de Laura Solari publiée par les éditions Dasein sera également présente à la librairie.

Olivia Rosenthal : http://www.editions-verticales.com/auteurs_fiche.php?rubrique=4&id=81

Éditions des Grands Champs : http://www.editionsgrandschamps.com/

Wajdi Mouawad : http://www.wajdimouawad.fr/

Éditions Dasein : http://www.dasein.fr/

* Vie privée et publique des animaux : avec des textes de P.-J. Stahl, Honoré de Balzac, Émile de la Bédollière, George Sand, Gustave Droz, Jules Janin, Édouard Lemoine, Paul de Musset, Charles Nodier, Louis Viardot, Alfred de Musset, Louis Baude, Mme Ménessier-Nodier, Pierre Bernard. Préface de Louis Janover.

à la librairie Le Monte-en-l’air
71 rue de Ménilmontant / 2 rue de la Mare 75020 Paris

Revoir les précédentes soirées de SATAN TRISMEGISTE
filmées par Marjolaine Grandjean pour remue.net

– Un Million d’Helminthes, conférence inaugurale de Pacôme Thiellement, avec Olivier Mellano à la guitare :
http://remue.net/spip.php?article5764
http://vimeo.com/61338880

– Hermine Karagheuz lit René Daumal :
http://remue.net/spip.php?article5795
http://vimeo.com/62056967#

– Soirée Mon Cul, avec Delfeil de Ton et Laetitia Dosch :
http://remue.net/spip.php?article5854
http://vimeo.com/63719886

– Soirée Garmonbozia, avec « Et le Temps devint tout David Lynch », une conférence de Pacôme Thiellement suivi d’un concert de The Umbilical Chords (Scott Batty, Le Hibou, Kei Yoshida)
http://remue.net/spip.php?article5916
http://vimeo.com/65372143
http://vimeo.com/65316667

– Soirée Luis Rego lit Topor, suivi de La République des Songes :
http://remue.net/spip.php?article6006
http://vimeo.com/66853149
http://vimeo.com/67285563

– Soirée La Mort est ton Cadeau, avec Chloé Delaume (sur Buffy) et Pacôme Thiellement – extrait filmé par Thomas Bertay :
http://remue.net/spip.php?article6044
http://vimeo.com/68591308

– Soirée Psychic Murder Show, avec Captain Cavern :
http://remue.net/spip.php?article6130
http://vimeo.com/70235430

Publié le Laisser un commentaire

Le Monte-en-l’air fait son cirque / 27 au 29 septembre / Rencontres, concerts, signatures, performances

Le Monte-en-l’air organise tout au long de l’année, au rythme effréné de 3 à 6 fois par semaine,  rencontres, débats, concerts, expositions où se croisent auteurs et artistes d’images, de sons et de mots. Brouilleur de genres et de frontières, Le Monte-en-l’air ne s’arrête pas là et s’offre le luxe d’un week-end de fête et de rencontres aux portes de Paris

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du 27 au 29 septembre : littérature, bande-dessinée, musique, concerts, performances au Cirque électrique.

Le Cirque Électrique
Place du Maquis du Vercors – 75020 Paris
M° & Tram Porte des Lilas – Bus 96

BUVETTE ET RESTAURATION SUR PLACE, ACCES LIBRE, SAUF CONCERTS

La programmation étant susceptible d’évoluer, nous vous conseillons de consulter régulièrement le site.

Vendredi 27 septembre

Carte blanche aux Requins Marteaux

De 18h à 20h30

En compagnie d’Olivier Texier, Luz et Martes Bathori. (à  l’occasion de la parution de Marv et Jonny, The Joke et Perspective Broadway). Performance d’Olivier Texier aka Michou la savate, qui relèvera le défi de « l’homme qui sait tout dessiner ».

Projection de courts-métrages de Nine Antico, Frankyravi, Noémie Marsily, Morgan Navarro, Mrzyk et Moriceau, …

Table de campagne Franky 2014 (candidat à la Mairie de Bordeaux).

Concert de Arlt (entrée 5 euros)

De 20h30 à 22h30

Copyright Julien Bourgeois
Copyright Julien Bourgeois

Après un premier album intitulé La langue qui battait dans le même chaudron fêlé chanson française de traverse, folk cubiste et poésie tordue, donné de nombreux concerts en France, au Canada et aux Etats-Unis (partageant la scène avec quelques amis représentants les forces libres du songwriting moderne, comme Josephine Foster et Eric Chenaux ou invité par The National à ouvrir pour le début de leur tournée High Violet) le groupe parisien ARLT a enregistré Feu la figure  dans le fameux studio hotel2tango à Montréal sous la houlette de Radwan Ghazi Moumneh (Matana RobertsThe Suuns). C’est un disque minimal et foisonnant, tout fait de ritournelles obsédées et obsédantes lancées par un chant mâle/femelle à température variable sur des riffs de guitares évoquant tout ensemble et de façon quasi subliminale d’obscures musiques ethniques, des comptines post punk, le groove patraque du Velvet Underground, les embardées libertaire de Brigitte Fontaine, une twisted pop chamanique teintée d’outsider music et un krautrock gribouillé comme un bison sur le mur d’une grotte. Charbonneux et scintillant, aussi brut qu’étrangement sophistiqué, brouillant sans cesse les pistes entre musiques rurales et urbaines, expérimentales et populaires, cet album maquisard célèbre la contrebande et sème une zizanie salutaire dans la tradition de la pop française.

Carte blanche aux Requins Marteaux (suite)

De 22h30 à minuit

Soirée DJ avec le duo nantais The Brain + VJ Charlie Mars

Samedi 28 septembre

Revue XXI : Le pari de l’illustration

De 16h à 17h

XXI
Depuis sa création en 2008, la revue XXI a fait le pari de l’illustration pour étayer ses récits de journalistes. Patrick de Saint-Exupéry (rédacteur en chef) et Quintin Leeds (directeur artistique) viendront expliquer la démarche de cette revue indépendante et la manière dont ils choisissent de jeunes illustrateurs

Le renouveau des revues en bande dessinée

De 17h à 18h

revues

Mon Lapin, Papier, La Revue dessinée, Aaarg. Quatre nouvelles revues de bande dessinée voient le jour en ce mois de septembre : hasard ou vague de fond ?

Rencontre et table ronde avec des dessinateurs et des rédacteurs : François Ayroles, Lewis Trondheim, Killoffer, David Servenay, Elhadi Yazi, Pierrick Starsky

France-Liban : des liens politiques, une histoire littéraire

De 18h à 19h

chalandon delaume schneiderman Chloé Delaume & Daniel Schneiderman (Où le sang nous appelle, Le Seuil), Sorj Chalandon (Le Quatrième mur, Grasset).
Tous les regards sont tournés vers la Syrie. Un pays, une région du monde dont le Liban est aussi une pièce maîtresse. L’histoire de l’hexagone avec le Moyen-Orient passe par celle du militantisme, du terrorisme, et du journalisme. En cette rentrée littéraire, les relations France-Liban sont au centre de deux livres. Leurs auteurs viendront en parler.

Cirque laboratoire + Concert surprise (8 euros)

De 20h à minuit

Des numéros de cirque mis en texte et en musique par la fine fleur de la performance poétique et musicale suivi d’un concert de Fantazio & Katherina Ex.

Prix unique : 8 euros

Dimanche 29 septembre

Livres & Brunch

Dès 13h

Auteurs présents : Antonin Louchard, Killoffer, Olivier Besson, Jean Lecointre, Nathalie Grenier, Claire Le Luhern, Régis Clinquart, Nadja, Fanny Dalle-Rive & Anne Baraou

tdl

En jeunesse, mise en avant de la collection Tête de lard des éditions Thierry Magnier : en présence

d’Antonin Louchard, directeur de la collection et auteur de Sur le nez, Sur la bouche et Tiens c’est pour toi, de Killoffer avec Léon l’étron, d’Olivier Besson avec Cornebec et Et moi et moi, de Jean Lecointre avec Les dents du loups & de Nathalie Grenier avec Une famille nombreuse.

En avant première, – L’Odyssé d’Outis de Jean Lecointre & – Pirates de Conan Doyle, illustré par Olivier Besson.

lecointrecouverture2_ok.indd

En littérature, Claire Le Luhern pour Protocole 118 aux éditions La Tengo et Régis Clinquart pour Fiat nox publié chez Stéphane Million Éditeur

En Bande dessinée, Killofer pour la réédition aux éditions Cornelius de Viva Pâtàmâch, Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive pour la Cul nul encore aux éditions Olivius et Nadja pour Les filles de Montparnasse tome 3 aux éditions Olivius.

Hélène Frappat, entretien avec Laure Limongi


frappat
De 16h30 à 17h30
Voix exigeante de la littérature contemporaine, Hélène Frappat poursuit son chemin tissé d’énigmes familiales et d’onirisme. Interrogeant le mensonge et la vérité dans Sous réserve, mimant le roman d’espionnage dans L’Agent de liaison, mettant en scène le voyeurisme et la bourgeoisie dans Par effraction, prenant la route avec Inverno, l’auteur aborde aujourd’hui avec un souffle décuplé l’irrationnel et les relations familiales. Laure Limongi s’entretiendra avec Hélène Frappat de son dernier livre tout juste paru, Lady Hunt, prenant résolument des accents de roman gothique pour tracer le destin d’une jeune et courageuse héroïne aux prises avec des éléments fantastiques et un mal bien plus prosaïque… Un style rythmé, précis au service d’un suspens haletant.
Hélène Frappat est l’auteur de cinq romans :
Sous réserve (Allia, 2004), L’Agent de liaison (Allia, 2007), Par effraction (Allia, 2009, mention spéciale du jury, prix Wepler 2009), Inverno (Actes Sud, 2011) et Lady Hunt (Actes Sud, 2013).

Littérature et musique : le chassé-croisé, Julie Bonnie, Mathilde Janin et Héloïse Guay de Bellisem

De 17h30 à 18h30

rock et litte  Avant de devenir la première lauréate de cette rentrée littéraire pour son premier roman, Julie Bonnie avait joué avec Kid Loco et Cornu et sorti trois albums solo. Avant d’écrire leur premier roman, où le rock des nineties est le personnage central, Mathilde Janin et Héloïse Guay de Bellissen avaient rêvé de musique. Nous en parlerons sur scène.

Invités : Héloïse Guay de Belissen (Le Roman de Boddah, Fayard), Julie Bonnie (Chambre 2, Belfond) et Mathilde Janin (Riviera, Actes Sud).

Pacôme Thiellement : Viens étoile absinthe

De 19h à 20h

Une conférence de Pacôme Thiellement (dans le cadre de sa résidence Satan trismégiste au Monte-en-l’air) accompagné d’Olivier Mellano à la guitare et suivi de lecture de poètes (Nerval, Guez Ricord, etc.) par Marie Möör.

pacome-olivier-047

Publié le Laisser un commentaire

Ivan Denys & Pierre Brunet / Lycéen résistant & Histoire de Daniel V. / Editions Signes et balises

Dimanche 22 septembre à 17h, rencontre avec Ivan Denys pour Lycéen résistant et Pierre Brunet pour Histoire de Daniel V.

Au menu de la rencontre : présentation, lectures d’extraits par les auteurs,
signature et apéro en musique avec Fantazio.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ivan Denys : Lycéen résistant

Le 11 Novembre 1940, le maréchal Pétain, qui a capitulé devant Hitler,
interdit la célébration de l’armistice de la Grande Guerre : Ivan Denys,
élève de 3e du lycée Janson de Sailly à Paris, défie l’interdiction et va
manifester à l’Étoile parmi quelque 3000 jeunes gens. Il n’a pas quatorze
ans. Dès lors, il participe activement à la Résistance, de façon de plus en
plus organisée, y compris par la lutte armée, jusqu’à la Libération de Paris
en août 1944.

Un témoignage exceptionnel d’Ivan Denys, né en 1926, médaille de la
Résistance : le récit d’années marquées par des combats parfois mortels,
mais aussi des amitiés indéfectibles, pour des jeunes gens passés en
quelques mois de l’adolescence à l’âge adulte dans le Paris occupé.

Extrait: “Et voilà qu’aujourd’hui, une rumeur se répand dans la classe,
court à travers le lycée pendant la récréation de dix heures. C’est le 11
Novembre, le lycée est ouvert et nous avons cours ?! Or chaque année, le
11 Novembre est férié, on rend hommage aux anciens combattants de la Grande
Guerre, ceux qui sont morts pour la France, ceux qui ont vaincu l’Allemagne
! Et cette année, le gouvernement de Pétain a décidé de l’ignorer, d’en
faire un jour ordinaire !”
Pierre Brunet : Histoire de Daniel V.

Algérie – juin 1962
Les souvenirs de ce printemps à la fois chaotique et violent refluent à la
mémoire du narrateur. Qui était Daniel V., engagé volontaire dans l’armée
française, ce jeune homme avec qui il n’a pas eu le temps de nouer amitié ?

Au fil des années, les traces des événements se sont mêlées et diluées.
Plus de quarante ans après, quelle part ont la mémoire et l’imagination – se
confondant parfois, jusqu’au bord de la folie ?

Extrait : « Essayant comme je le fais ici de reconstituer ce que pouvait être la vie
que Daniel V. menait à Rio Salado pendant ces journées de mai et de juin
1962, je sais que je trahis ma mémoire, que je ne rends pas compte de la
façon vraie dont cette vie m’est apparue alors, dont je l’ai un peu
partagée. Nous n’avions pratiquement plus de contact avec la hiérarchie
militaire ; les informations qui nous parvenaient par la radio étaient
confuses, contradictoires, nous avions fini par ne plus les écouter. Les
rumeurs qui circulaient parmi les hommes ne répercutaient, en les amplifiant
souvent, que les désordres de l’OAS ; je me souviens qu’un jour le bruit
s’est répandu d’un gigantesque incendie à Oran, qui avait détruit de fond en
comble la bibliothèque municipale : c’est la seule occasion, je crois, où
j’aie vu Daniel V. manifester quelque émotion ; j’avais évoqué, avec un zèle
humaniste bien mal venu, des exemples classiques de vandalisme, Érostrate ou
la bibliothèque d’Alexandrie, je ne sais plus, il me fit taire avec
irritation. Mais, le plus souvent, il ne se départait pas d’un calme qui
m’impressionnait, et qu’il finit par me communiquer.
J’oubliais peu à peu cette tension, cette urgence confuse, ce grand désordre
de tous côtés, je me laissais gagner par la sérénité vide qui émanait de
Daniel V. Je passais de longues heures vacantes à contempler l’horizon des
collines surchauffées fumant sous le soleil d’un été précoce. Les ruines
trop blanches d’un aqueduc romain barraient la vallée d’un oued depuis
longtemps tari, mon regard aimait à s’y poser. Déjà, alors, peut-être, je
pensais à ces autres soldats, à ces autres colons, qui il y a des siècles
étaient venus, imposant leur ordre fragile, irriguant ces terres arides, et
puis étaient repartis, et leurs traces s’étaient effacées, les pierres
n’avaient pas retenu l’eau, les corps suppliciés étaient retournés à la
terre. La nuit, j’avais insisté pour prendre moi aussi mon tour de garde,
sur le petit mirador qui dominait le poste, nous n’étions pas si nombreux et
Daniel V. avait fini par accepter, je cherchais des yeux les ruines de
l’aqueduc qui brillait sous la lune, plus glorieux encore que le jour ; le
rythme altier de ses sept arches suspendues dans les ténèbres apaisait les
battements de mon coeur ; je ne sursautais plus au cri des chacals. »

Publié le Laisser un commentaire

Vaïnui de Castelbajac / Docteur Rorschach / Editions Delcourt /Lancement

Jeudi 19 septembre à partir de 18h30

flyer rorschachDes personnages hauts en couleur viennent s’allonger sur le divan du Docteur Rorschach, psychanalyste immuable et concentré. Monsieur Propre souffre de troubles obsessionnels compulsifs, le mille-pattes désespère de pouvoir faire un jour des claquettes, le balai WC qui a raté sa vie professionnelle, un globe terrestre bipolaire et bien d’autres… Des troubles psychologiques à mourir de rire !

En savoir plus ici

Publié le Laisser un commentaire

Henning Wagenbreth / Le pirate et l’apothicaire / Editions Les Grandes Personnes / Vernissage

Vernissage le mercredi 18 septembre à partir de 18h30 en présence de l’artiste.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’occasion de la parution de Le Pirate et l’apothicaire aux éditions Les Grandes Personnes, Le Monte-en-l’air accueille une exposition d’Henning Wagenbreth, du 18 septembre au 13 octobre 2013.

Vernissage, dédicace et lecture musicale par Henning Wagenbreth, Sophia Martineck et Jörg Stickan : http://www.youtube.com/watch?v=7VfAHMgtNII

Le pirate et l’apothicaire : d’après un texte de Robert Louis Stevenson traduit de l’Anglais par Marc Porée. C’est l’histoire de Robin et Ben, deux sacrés garnements. Robin n’a pas froid aux yeux, tandis que Ben est du genre à tromper son monde par derrière. L’un quitte ses pénates,
pour se faire pirate et livrer bataille sur toutes les mers du globe. L’autre reste à la maison, où il mène l’existence confortable d’un apothicaire, et amasse un joli petit pécule. Leurs retrouvailles réservent au lecteur une surprise de taille…
Le Pirate et l’Apothicaire est un texte de Stevenson qui n’avait jamais été traduit en français. Ce texte, écrit lors d’un séjour en Suisse, fait partie des ‘Moral Emblems’ (Emblèmes moraux).

C’est l’artiste allemand Henning Wagenbreth, très connu dans le milieu du graphisme et professeur à l’école des Beaux-Arts de Berlin, qui a choisi d’illustrer et de traduire ce texte.
Ses illustrations graphiques et colorées permettent de découvrir ce conte en vers et sa morale paradoxale où le prétendu méchant finit par rendre justice. Un magnifique album à la lecture jubilatoire.