Publié le Laisser un commentaire

Claire de Colombel / Les yeux nus / Impressions Nouvelles / Rencontre

Mardi 9 février à 18h30, rencontre avec Claire de Colombel à l’occasion de la publication de Les Yeux nus aux éditions Impressions Nouvelles.

colombel

Elle abandonne ses vêtements derrière le paravent, monte sur l’estrade, choisit une attitude et la garde. Les crayons s’agitent, tentent de capter la pose avant qu’elle ne change. Pendant cinq minutes, une demi-heure, trois heures, des dizaines de regards étudient son corps, en détaillent chaque ligne, chaque volume. Mais ce qu’elle pense et ressent, personne ne le voit.

L’immobilité est un masque derrière lequel se cache une multitude de mouvements intérieurs. Claire y est attentive, tout autant qu’aux espaces et aux gens qui l’environnent : l’estrade du modèle est un véritable poste d’observation.

Dans ce récit au regard inversé, l’auteur décrit avec minutie cette expérience singulière, celle de poser nue pour des artistes, des étudiants en école d’arts, des gens qui apprennent le dessin. Elle nous fait découvrir le quotidien d’une profession aussi notoire que méconnue. On la suit d’un atelier à l’autre et dans ses réflexions. Elle s’ouvre peu à peu à ces moments d’échanges silencieux avec les personnes qui l’entourent, tout en se questionnant sur la nature de cette relation.

L’auteure :
Claire de Colombel est née en 1985, elle vit aujourd’hui à Paris. En 2009, elle est diplômée de l’École d’Arts de Cergy. Au cours de ses études, l’écriture est déjà au centre de sa pratique artistique, mais aussi le corps et la voix, qui l’amènent à explorer les champs de la performance, de la danse et du théâtre. En 2013 elle commence à poser régulièrement dans des ateliers de dessin d’après modèle vivant et l’expérience lui inspire l’écriture du récit Les yeux nus.

Publié le Laisser un commentaire

Alessandro Pignocchi / Anent : nouvelles des Indiens jivaros / Editions Steinkis / Lancement

Dimanche 7 février de 17h à 20h, rencontre avec Alessandro Pignocchi à l’occasion de la publication de Anent : nouvelles des Indiens jivaros aux éditions Steinkis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au cœur de la jungle amazonienne, les Jivaros Achuar conversent quotidiennement avec les plantes, les animaux et les esprits grâce aux anent, de petits poèmes fredonnés à voix basse ou récités mentalement.

Du moins en était-il ainsi il y a quarante ans, lorsque l’anthropologue Philippe Descola partagea leur vie pendant trois années.

Fasciné par son récit, Alessandro Pignocchi repart aujourd’hui sur ses traces…

Publié le Laisser un commentaire

Victor Hussenot / Les spectateurs et Chemin des souvenirs / Editions Gallimard BD et La joie de lire / Lancements

Jeudi 4 février à 18h30, apéro avec Victor Hussenot à l’occasion de la publication de Les spectateurs aux éditions Gallimard BD et de Chemin des souvenirs aux éditions de La joie de lire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les spectateurs «Lors de ses déambulations nocturnes, paisiblement, il regarde la ville. Au contact de l’air, sa peau s’éveille, la lumière le fait divaguer et son regard transperce le paysage… le transforme.»
Victor Hussenot nous entraîne dans un voyage fascinant, interrogeant avec grâce et poésie le sens de nos existences urbaines.

Chemin des souvenirs est la suite d’Au Pays des lignes, première bande dessinée de Victor Hussenot à La Joie de lire, sortie en 2014. A la fin de ce premier opus, le lecteur avait laissé le héros, un drôle de petit bonhomme tout bleu chasseur de dragons, alors qu’il venait de raccompagner chez ses parents une petite fille rouge qu’il avait sauvée des griffes d’un monstre jaune. Cette fois le petit garçon parcourt la montagne à la recherche de son amoureuse dont le souvenir l’obsède. Mais sa quête est semée d’embûches et de rencontres plus ou moins amicales.

Très graphique, sans parole et au stylo bille, tout comme Au Pays des lignes, Chemin des souvenirs raconte une belle histoire d’amour et d’aventures. Une suite captivante et tout aussi audacieuse qu’Au Pays des lignes, qualifié à sa sortie d’ovni dans le monde de la BD pour enfants par de nombreux médias.

Publié le Laisser un commentaire

Peut-on faire l’amour platonique à une péripatéticienne ? Les références philosophiques du langage quotidien / Florianne Gani et Frédéric Manzini / Editions Ellipses / Rencontre

Mardi 26 janvier à 18h30, rencontre avec Florianne Gani et Frédéric Manzini à l’occasion de la publication de Peut-on faire l’amour platonique à une péripatéticienne ? Les références philosophiques du langage quotidien aux éditions Ellipses

amour

Les philosophes sont là, parmi nous !
Ils n’ont pas fait que bâtir de grands systèmes conceptuels qui donnent du travail aux universitaires et érudits pour des siècles. Ils ont aussi nourri notre langage quotidien.
Vous n’ignoriez pas que « l’amour platonique » faisait plus ou moins référence à Platon. Vous vous doutiez que l’adjectif « machiavélique » renvoyait à Machiavel, ou « épicurien » à Épicure. Mais saviez-vous qu’une péripatéticienne désigne à l’origine une disciple d’Aristote et que le pragmatisme est une école américaine de philosophie ?
Cet ouvrage au concept totalement inédit revient avec humour et pédagogie sur l’origine philosophique de nos expressions courantes et mesure le chemin parcouru, entre leurs naissances dans les cercles confidentiels de la philosophie et leurs diffusions quelques siècles plus tard, parmi le grand public.
Comme ces expressions courantes en attestent, la philosophie est avant tout une réflexion sur la vie de tous les jours, et cette vie a besoin d’être nourrie par des analyses : on a besoin de penser le plaisir, le bonheur, l’amour, la ruse, l’engagement… Plus que des mots, les grands philosophes nous permettent d’approfondir le sens des choses.
Même s’il adopte l’ordre chronologique d’un ouvrage d’histoire de la philosophie, le présent volume n’est donc pas qu’un ouvrage sur la philosophie. C’est d’abord et surtout une invitation à un exercice de philosophie : celui de provoquer notre propre pensée.

Publié le 2 commentaires

Claire Braud & Lisa Mandel / Chantier interdit au public & La Fabrique Pornographique / Casterman / Collection Sociorama / Lancements

Vendredi 5 février à 18h30, Claire Braud et Lisa Mandel ouvrent le bal de la nouvelle collection SOCIORAMA chez Casterman (Lorsque Sociologie et Bande-dessinée se mettent en ménage) et dédicacent leurs deux albums à l’occasion !

mandel

Lisa dédicace « La Fabrique Pornographique », d’après l’enquête de Mathieu Trachman.
Claire signe « Chantier interdit au public », d’après l’enquête de Nicolas Jounin.
Une soirée au parfum de stupre et de sueur. Sortez casqués !

Publié le Laisser un commentaire

Florence Dupré Latour / Cruelle / Editions Dargaud / Lancement

Vendredi 29 janvier à 16h à 19h, lancement de Cruelle de Florence Dupré Latour publié au éditions Dargaud

cruelle

Avec Cruelle, Florence Dupré Latour commence une réflexion singulière sur l’identité.

Florence Dupré Latour raconte comment, de son enfance jusqu’à la fin de son adolescence, elle a torturé, mutilé, tué les petits animaux de compagnie qui lui passaient entre les mains. Version trash des Malheurs de Sophie, ce récit est stupéfiant, singulier et plein d’humour. L’auteure est cruelle mais nous renvoie à une vérité universelle : un bambin qui joue, c’est aussi un redoutable prédateur, un Attila ivre de conquêtes et de pouvoir, un savant fou prêt à toutes les expériences…

Un album singulier et atypique.

Publié le Laisser un commentaire

Affiches peintes de cinéma du Ghana / Very brutal and horror / Expo-vente

Jeudi 28 janvier à 18h30, vernissage de l’exposition d’affiches peintes de cinéma du Ghana.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Accra, milieu des années 1980, boom des micro-salles de cinéma et naissance d’une forme d’art populaire dérivée de la tradition ouest-africaine des enseignes peintes…

Ces réinventions d’affiches officielles réalisées sur de sacs de farine par des artistes peintres locaux servaient de support de communication aux salles de cinéma pour la projection de films gores de Nollywood*, de séries Z ou de copies pirates de blockbusters américains, de films de combat asiatiques ou Bollywoodiens.

Chefs d’oeuvre d’art populaire de rue, les affiches du Ghana mêlent dans leur imagerie ultra-créative buveurs de sang, superstars bodybuildées aux proportions anatomiques approximatives, gros calibres, prêtres vaudous et autres monstres en tous genres…

Cet ensemble, reflet d’un mélange de cultures pop hors-norme pour le regard européen est présenté pour la première fois au public à la librairie/galerie Le Monte en l’air à partir du jeudi 28 janvier 2016.

*industrie cinématographique nigériane

 

Publié le Laisser un commentaire

Pierre Senges & Claire Moreux / Rebrousse-parc : jeu d’orientation dans un esprit de contradiction et un jardin à l’anglaise / Editions du Parc Jean-Jacques Rousseau

Le dimanche 24 janvier à 17h, lancement de Rebrousse-parc : jeu d’orientation dans un esprit de contradiction et un jardin à l’anglaise, autour d’un thé, d’un café et autres plaisirs sains, et en présence des auteurs, venez jouer, tirer les cartes, et connaître votre véritable nature de joueur.

rebrousse poil

« Vous vous appelez Jean-Jacques R*** ; vous êtes un homme sage et bon, un philosophe à l’âme transparente. Mais vous faites l’objet d’un grand complot (…).« 

Amateurs de romans d’investigation, de jeu de rôle ou de Tarot de Marseille, nous vous invitons à venir tester le jeu Rebrousse-Parc, jeu d’orientation dans un esprit de contradiction et un jardin à l’anglaise.

Conçu en 48 cartes rédigées par l’écrivain Pierre Senges et dessinées par la graphiste et illustratrice Claire Moreux, il est édité par le Parc Jean-Jacques Rousseau d’Ermenonville, autour de treize lieux emblématiques.


Publié le Laisser un commentaire

Jakob Hinrichs / Vie et mort du buveur de Hans Fallada / Editions Denoël

Samedi 23 janvier à 17h, rencontre avec Jakob Hinrichs à l’occasion de la publication de Vie et mort du buveur de Hans Fallada aux éditions Denoël.

denoel

Vie et mort du buveur Raconté et dessiné par Jakob Hinrichs [Hans Fallada]

Trad. de l’allemand par Laurence Courtois

Publié le Laisser un commentaire

JC Menu + Besseron & Felder / Chroquettes & POF / Fluide Glacial / Lancements

Mercredi 20 janvier à partir de 18h30, le gratin de Fluide Glacial au Monte-en-l’air : Menu, Besseron, Felder et sans doute pas mal de leurs comparses soifards !

menu

 

JC MENU / CHROQUETTES

Depuis deux ans, Jean-Christophe Menu tient la rubrique «Chroquettes» dans les pages de Fluide Glacial. Mélange d’autobiographie et de reportage, les Chroquettes abordent essentiellement deux axes complices : la musique (ici plutôt underground, garage, punk, expérimentale ; même si Neil Young ou Alice Cooper y ont aussi leur place) et la bande dessinée (du graphisme alternatif à l’influence de grands anciens tels Gotlib ou Moebius).
Entre le jury fanzine d’Angoulême, les «24 heures de la BD» de Besançon, des concerts de Père Ubu ou des Black Lips, des souvenirs de 45 tours ou des premiers albums de Franquin, Jean-Christophe Menu parle de ses expériences, coups de coeur et souvenirs avec une subjectivité totalement assumée. Les Chroquettes forment un ouvrage foisonnant, drôle et riche de références éclairantes sur une certaine contre-culture polymorphe et persistante…
Pionnier de l’autobiographie en bande dessinée, fondateur et directeur de la maison d’édition L’Association de 1990 à 2011, Menu propose ici un album hors du temps, proche de Gébé, de Mandryka ou de la culture punk. Aux pages prépubliées dans Fluide Glacial viennent s’ajouter des planches publiées par Libération, Pilote ou Artpress dans le même esprit, convoquant aussi bien la figure de Catherine Millet que l’esprit de Mai 68.
————————————————————————————
BESSERON & FELDER / POF

Un souffleur de verre qui fait les meilleures pipes à crack de France, un boucher qui ne vend que la viande provenant
d’animaux qu’il tue avec le pare-chocs de sa 4L, un horloger qui prépare des bombes avec des coucous suisses, les
petits artisans de Besseron et Felder n’ont aucune chance de figurer dans les guides. Et c’est tant mieux car eux,
ils sont drôles et ne participent pas à cette course épuisante vers l’excellence.
Avec Pire Ouvrier de France, ces deux inconditionnels du pastiche ont décidé de s’attaquer au saint des saints : La
Tradition Française ! Chaque corps de métier est méticuleusement passé à la moulinette et il en ressort un beau mélange bien homogène de catastrophes, de quiproquos et de gags à n’en plus finir.
Avec Pire Ouvrier de France, vous aurez le Meilleur du Pire !