Publié le Laisser un commentaire

Tremble parlure / Carte blanche à la revue La Mer gelée

LE FESTIVAL TREMBLE PARLURE SE TIENDRA DU 25 AU 30 JUIN 2019, DANS LA LIBRAIRIE, DEVANT LA LIBRAIRIE, ET SUR LA SCÈNE DU PAN PIPER.

Chaque jour des lectures, des discussions avec des romanciers, des poètes, grands bégayeurs ou remuants causeurs, de France, de Belgique ou du Québec, de la musique aussi, étrange, inouïe, contondante et magnétique. Chaque rencontre s’articulera sur le dos de thèmes dûment choisis, le parler fou par exemple, le parler cru, cuit ou mi-cuit, ce qui se trame dans l’enfance quand elle se parle, l’enfance considérée comme un outil de connaissance d’un réel plus vif, à la fois plus rouge et plus vert, les bestiaires les fantômes la ville et les forêts tout ce qui tremble dans la langue et, partant la fait trembler, tremble parlure. Chaque soir les auteurs seront invités à lire des extraits de leur choix, à se rencontrer, à dialoguer.

Dimanche 30 juin 16h00, carte blanche à la revue La Mer gelée (France-Allemagne)

La Mer gelée est une revue bilingue animée-remuée par une meute de bâtards poètes, penseurs, traducteurs, romanciers, sociologues plus ou moins assermentés. C’est sous l’égide de Kafka, pour qui la littérature avait pour mission de « briser la mer gelée qui est en nous », au travers de thèmes ambivalents comme « chien », « maman » ou « or », qu’elle entend sonder, rudoyer, contaminer et égayer tout le corps littéraire, poétique, politique et social à force de textes foudroyants et de questions heureusement embarrassantes. Ses animateurs se partageront le micro, en plein air, à partir de 17h00, pour une revue au sens large, méchamment festive, drôle et offensive, entre lectures, chansons, allocutions autodestructrices, pour semer une zizanie salutaire et clore le festival en beauté.

avec Bernard Banoun, Antoine Brea, Noémi Lefebvre, Laurent Grappe, Alban Lefranc, Aurélie Maurin, Benoît Toqué (liste non exhaustive)

Publié le Laisser un commentaire

Tremble parlure / Catherine Lalonde / conférence performée / Christophe Manon & Dorothée Volut / Discussion, lectures

LE FESTIVAL TREMBLE PARLURE SE TIENDRA DU 25 AU 30 JUIN 2019, DANS LA LIBRAIRIE, DEVANT LA LIBRAIRIE, ET SUR LA SCÈNE DU PAN PIPER.

Samedi 29 juin 17h00, conférence performée de Catherine Lalonde

Samedi 29 juin 19h30, Christophe Manon et Dorothée Volut, discussion, lectures

Tremble_Parlure-FB(8)

Catherine Lalonde (Québec) fait d’un roman un long poème désaccordé, une féerie brutale, un précis de langue ébouillantée. En ses écritures dissonantes et cadencées, elle refuse de choisir entre chanter ou bien danser et chaque phrase semble à la fois chuter au sol et décoller en un seul et même mouvement derviche idéalement contradictoire. Elle tiendra conférence à haut voltage, en plein air l’après-midi pour présenter quelques auteurs québécois pour la plupart inconnus en France et dire combien peut-être, et comment, ils ont marqué sa propre langue.

Christophe Manon (France) publie des livres de poésie et de singuliers romans, abouchant Faulkner et Villon, lyrisme contenu et expérimentations formelles, dodelinant d’une veine grotesque et fantaisiste à une autre plus concentrée et sombre mais toujours parsemée d’épiphanies furtives et baignant tout entière dans une forme de grâce patiemment conquise. Un monde entier s’y dessine au travers de récits d’enfance plus ou moins cauchemardesques, de plaisanteries métaphysiques, d’odes chaleureuses à la camaraderie, affirmant le désir comme une méthode d’appréhension du réel et l’amour comme une page à réécrire chaque jour que Dieu ne fait pas, qu’il faut bien faire pourtant.

Dorothée Volut (France) agence en de petits volumes denses et brefs de très magnétiques poèmes non assignables, déroutants, envoûtants, où le dehors et le dedans entrent en collision permanente, fixant en murmures exaspérés quelques questions neuves, étourdissantes, sur ce qui d’écrire et vivre demeure indémêlable. Discrètement, elle pousse la langue commune à des température hors-normes. 

Publié le Laisser un commentaire

Tremble parlure / Arlt, Loup Uberto & Lucas Ravinale, Hervé Bouchard / Concerts et lecture

LE FESTIVAL TREMBLE PARLURE SE TIENDRA DU 25 AU 30 JUIN 2019, DANS LA LIBRAIRIE, DEVANT LA LIBRAIRIE, ET SUR LA SCÈNE DU PAN PIPER.

Vendredi 28 juin 20h00 (au Pan Piper)

Tremble_Parlure-FB(7)

Lecture Hervé Bouchard Hervé Bouchard (Québec) dérègle la syntaxe et bat le fer du vocabulaire pour révéler l’enfance de vivre à la façon d’un grand théâtre sans bords, sauvage, cruel et drôle, où tout s’invente à chaque instant à la barbe des morts, à la barbe de mourir.

Concert Loup Uberto & Lucas Ravinale (France) membres du trio Bégayer brutalisent à deux voix tout un répertoire de chansons rurales italiennes couchées sur percussions abrasives et instruments tournoyants. Parole archaïque que des spectres pasoliniens semblent embrasser sur la bouche et musique du fond des âges, paysannerie punk mise à bouillir dans l’écho des avant-gardes : leurs sets caniculaires font lever les morts et renforcent les vivants.

Concert Arlt (France) c’est Sing Sing et Eloïse Decazes, flanqués fièrement de Mocke à la guitare volante et Clément Vercelletto aux percussions, saxophone et clarinette. Etirant ses nouvelles ritournelles incantatoires, mélodiquement torves et claudicantes, le quatuor insulte le soleil, célèbre les angines, décongèle les fleurs. Il jouera en exclusivité son prochain album à paraître en novembre.

Pour acheter les places c’est ici : https://web.digitick.com/arlt-loup-uberto-lucas-ravinale-herve-bouchard-concert-le-pan-piper-paris-28-juin-2019-css5-panpiper-pg101-ri6278785.html

Publié le Laisser un commentaire

Tremble parlure / Eric Chevillard et Boris Wolowiec, discussion / Jean-Daniel Botta & Léonore Boulanger, performance

LE FESTIVAL TREMBLE PARLURE SE TIENDRA DU 25 AU 30 JUIN 2019, DANS LA LIBRAIRIE, DEVANT LA LIBRAIRIE, ET SUR LA SCÈNE DU PAN PIPER.

Jeudi 27 juin 19h30, Eric Chevillard et Boris Wolowiec, discussion ; Jean-Daniel Botta & Léonore Boulanger, performance

Tremble_Parlure-FB(6)

Eric Chevillard (France) écrit de faux romans dont la littérature est l’objet en soi, envisagée comme un territoire mental rageur et mouvementé, plus grand que la vie en cela que tout y serait possible et niées les habituelles oppositions entre le haut, le bas, le probable et l’improbable. Ses textes, électrisés par des personnages polymorphes et une parole à haut voltage comico-poétique, convoquent bestiaires préhistoriques, déchaînement para-logique, comme si toute l’intelligence humaine se retournait sur la page en feu de joie toujours incongru, toujours réjouissant.

Boris Wolowiec (France) est l’une des plus ahurissantes machines à penser-délirer le monde (concret et abstrait d’un seul tenant comme si faire la différence était mentir). A la façon d’un Ponge ultra-débridé, d’un voyant rose (plus proche d’un Malcolm de Chazal que de Rimbaud), il sonde les choses, les idées, les objets, l’enfance, les chaises ou les nuages, révélant au gré de formules nucléaires tout ce que vivre et penser a de neuf, salubre et toujours recommencé.

Jean-Daniel Botta & Léonore Boulanger (France) forment un duo de poètes, chanteurs et musiciens dont les disques, parmi les plus originaux qui soient, atomisent la chanson française, défigurent le jazz, kandinskysent les musiques primitives en une marelle ultra-violette, dans l’espoir, disent-ils eux-mêmes, de « partager la forme de leur imagination ». Ils liront et chanteront les textes du poète asilaire Ernst Herbeck, du grand Ivar Ch’vavar (auteur d’une anthologie des fous et crétins du nord), entre autres.

Publié le Laisser un commentaire

Tremble parlure / Hervé Bouchard, Gaëlle Obiégly et Arno Calleja / Discussion, lectures

LE FESTIVAL TREMBLE PARLURE SE TIENDRA DU 25 AU 30 JUIN 2019, DANS LA LIBRAIRIE, DEVANT LA LIBRAIRIE, ET SUR LA SCÈNE DU PAN PIPER.

Mercredi 26 juin 19h30, Hervé Bouchard, Gaëlle Obiégly et Arno Calleja, discussion, lectures

Tremble_Parlure-FB(5)

Hervé Bouchard (Québec) dérègle la syntaxe et bat le fer du vocabulaire pour révéler l’enfance de vivre à la façon d’un grand théâtre sans bords, sauvage, cruel et drôle, où tout s’invente à chaque instant à la barbe des morts, à la barbe de mourir.

Gaëlle Obiégly (France) élabore à chaque livre un dispositif narratif inédit, toujours instable et solitaire où vacillent le sens commun, la mémoire et l’identité des personnages, du narrateur et peut-être même du lecteur, en une écriture aussi parfaitement intelligible que totalement énigmatique. Ses romans, s’ils semblent s’autodétruire à mesure qu’ils s’écrivent, nous troublent durablement et nous mettent en joie.

Arno Calleja (France) est un poète sans poème, un admirable diseur de catastrophes désinvolte et hilarant. Dans ses textes tissés d’actions impensables et de discours aberrants le trivial s’engage sur les chemins du fantastique, par déraillements successifs de la pensée au cours de véritables fabliaux ultramodernes où philosophie burlesque et prédictions funestes trafiquent de concert l’aiguillage entier du cerveau même.

Publié le Laisser un commentaire

Festival Tremble parlure / Eugène Savitzkaya / Discussion, lecture

LE FESTIVAL TREMBLE PARLURE SE TIENDRA DU 25 AU 30 JUIN 2019, DANS LA LIBRAIRIE, DEVANT LA LIBRAIRIE, ET SUR LA SCÈNE DU PAN PIPER.

Mardi 25 juin, 19h30, Eugène Savitzkaya, discussion, lecture

Eugène Savitzkaya (Belgique) jaillit littéralement au mitan des années 70 sur la poésie francophone qui s’en trouve ébranlée durablement. Nature érotique et proliférante, rayée par des hordes de gamins mythologiques, dont l’allégresse inquiète perfore chaque page. C’est tout le primitivisme flamand qui semble passé par le feu glacé de la modernité, en prose, en vers, en longs crachats cuivrés.

 

 

Publié le Laisser un commentaire

Karim Amallal / Dernières heures avant l’aurore / Rencontre

Mercredi 19 juin à 19h, dans le cadre de la résidence d’auteur d’Omar Benlaâla, Omar reçoit Karim Amellal.


Dernières heures avant l’aurore, éditions de l’Aube

Mohamed, un vieil Algérien qui vit à Paris depuis des décennies, décide de retourner en Algérie. Il ne veut pas y aller seul et convainc Rachid, arrivé en France en même temps que lui, de l’accompagner. Tous deux découvrent un pays qui a profondément changé et qu’ils ne reconnaissent plus. Emplis de nostalgie, souvent d’amertume, ils se heurtent de plein fouet à cette Histoire qui a continué sans eux, et à leurs propres histoires enfouies dans leurs souvenirs : la guerre d’Indépendance, l’âge d’or des années 70, le lent déclin des années 80, la décennie noire… Chacun va de son côté, poursuit ses chimères, s’abîme dans le passé. Et traversant leurs vies comme une ombre, cette femme qu’ils ont tous aimée, autrefois, et qui continue de les hanter.

Publié le Laisser un commentaire

François Chat, une trajectoire de l’indéfini par Marc Moreigne / Marc Moreigne

Dimanche 16 juin à 18h, venez fêter la publication de François Chat, une trajectoire de l’indéfini par Marc Moreigne.

Camera

Ce livre se présente sous la forme d’un dialogue entre Marc Moreigne, écrivain et chercheur, auteur de plusieurs livres sur les arts du cirque contemporain et François Chat, danseur-jongleur et metteur en scène à partir du spectacle Indéfini créé et interprété par François Chat en 2011.

Conversation en forme de constellation

Dans cet échange aux allures de dialogue socratique, Indéfini, apparaît comme le fil rouge d’une pensée en mouvement et d’un questionnement artistique et humain qui va bien au-delà du seul jonglage. La création, le corps, la conscience, l’aléatoire, le désir, la mémoire,
la prise de risque… autant de sujets, parmi d’autres, questionnés et débattus au fil de notre conversation. La composition du livre s’agence suivant une succession/accumulation de mots clés, reliés les uns aux autres, qui en viennent à figurer une constellation de points de vues, d’expériences, de doutes, de souvenirs, d’évocations, de silences et de fulgurances.
Une rencontre, un échange, un temps libre de partage et d’interrogations pour sonder ensemble l’énigme de l’acte artistique.
(…)
Il a une façon très personnelle de sentir l’espace qu’aucun auteur/ compositeur/chorégraphe/ metteur en scène ne peut diriger ni même imaginer. Il est passé maître dans l’art de créer un point d’équilibre extrême, au bord du danger. Dans ce livre, François Chat et Marc Moreigne interrogent la nature du geste de création, ainsi que les risques et désirs conscients et inconscients qui précèdent ou prolongent la représentation. Ils cherchent à embrasser l’ensemble des intentions qui nourrissent le
processus de création. Et ils le font avec une grande liberté de parole et d’esprit. Ils ne détruisent pas pour autant le mystère qui accompagne le travail. François Chat a créé un langage théâtral qui n’appartient qu’à lui. Très peu de gens en sont capables. ( extrait de la préface de Robert Wilson )

Publié le Laisser un commentaire

Patricia Tourancheau / Olivier Bertrand / Dédicaces

Samedi 15 juin de 17h à 20h, venez fêter Le Magot et Les Imprudents avec Patricia Tourancheau et Olivier Bertrand

Le magot ; Fourniret et le gang des Postiches : mortelle rencontre, de Patricia Tourancheau

Comment imaginer que la trajectoire de Michel Fourniret, serial killer et pédophile, percuterait un jour celle du gang des Postiches, pour écrire l’une des pages les plus incroyables de la criminalité en France ? Rien ne laissait présager que le destin d’un voyou « politique » breton basculerait, dans une cellule de Fleury-Mérogis, au contact de l’Ogre des Ardennes. Une alliance de circonstances pour récupérer le butin des Postiches. Enfin, aucun élément ne laissait penser qu’une journaliste, Patricia Tourancheau, ferait le lien entre ces différentes affaires qu’elle suivait, et découvrirait l’origine du magot de Fourniret. Pourtant c’est ce qui est arrivé. Derrière les barreaux se scellent des rencontres impromptues entre détenus d’horizons divers. Et si les Postiches voulaient conjurer la misère et flamber comme des nouveaux riches, l’ouvrier ardennais devenu chasseur de vierges qui a détourné leur magot a préféré s’acheter des camionnettes destinées à enlever des petites filles, et un château digne de Barbe bleue pour enterrer leurs corps. Pendant que les Postiches, désargentés, pleuraient leur trésor…

Les imprudents d’Olivier Bertrand
Le 3 mars 1944, tous les habitants d’un hameau perdu des gorges de l’Ardèche ont été fusillés à l’aube par des soldats SS parce qu’ils avaient caché des résistants. Ils étaient quinze à vivre là, mais on a retrouvé seize corps. Qui était l’inconnu ? Personne n’a jamais su, ni cherché à le savoir. Soixante-quinze ans après, l’auteur, dont la famille est issue de ce hameau, décide d’enquêter pour essayer de découvrir qui était l’inconnu. Sur place les réticences à parler restent fortes, mais peu à peu des habitants exhument des récits, une boîte en fer contenant des photos, un cahier d’écolier ; souvenirs de famille qui expliquent la chape de silence posée à la Libération. Ces premières découvertes le lancent sur les routes, sur les traces du maquis Bir-Hakeim, groupe nomade et intrépide. Il retrouve des témoins dans les villages, recoud progressivement la mémoire, pour raconter une épopée unique, et ce que provoquait l’arrivée de jeunes résistants audacieux dans les villages reculés. Une enquête originale, road-trip et récit historique sensible sur un de ces « petits massacres » oubliés du printemps 1944.

Publié le Laisser un commentaire

Sofiane Delière / Fièvres en ville / Lancement

Vendredi 14 juin à partir de 19h à lancement  de Fièvres en ville de Sofiane Delière

Quatrième livre de la collection « Dans le vif », le recueil de Sofiane Delière transpire la vie, déborde le désespoir lucide et doux et rageux.

« Fièvres en ville » est le premier recueil publié de Sofiane Delière. Les textes qui le composent sont issus de carnets qu’il noircit depuis plus de quinze ans et qu’il n’a pas oublié quelque part.
Stéphanie Boubli archive poèmes, textes, fragments, feuilles volantes, carnets rescapés de Sofiane depuis leur rencontre il y a quatre ans dans le studio de Pan European Recording au Point Éphémère.

Ce livre reflète avec intensité l’âme multiple des éditions Supernova qui se battent pour faire émerger des textes gorgés de sens et mettre en lumière des paroles à contre-courant.