Publié le Laisser un commentaire

Jérôme Latta / Ce que le football est devenu / Divergences / Rencontre

Mercredi 11 octobre à 19h30

Chacun, qu’il l’aime ou non, croit savoir ce qui est arrivé au football depuis le tournant des années 1990 : une expansion économique spectaculaire qui a conduit à de nombreuses « dérives ». Pourtant, cette métamorphose n’a jamais été vraiment racontée – ces dynamiques inégalitaires qui ont conduit à l’enrichissement des clubs les plus riches, à la formation d’une oligarchie accaparant les ressources et les meilleurs joueurs, et au lien de plus en plus étroit entre puissance financière et résultats sportifs. Cet ouvrage propose une lecture politique inédite de ces trois décennies de révolution libérale et élitiste, montrant à quel point ce qui se passe aujourd’hui sur les terrains est le résultat de ce qui s’est passé en dehors.

Publié le Laisser un commentaire

Josep Rafanell i Orra / Petit traité de cosmoanarchisme / Divergences / Rencontre

Mardi 10 octobre à 19h30

L’anarchisme s’est toujours situé dans les failles de l’histoire. Il proclame que quelque chose de plus que la totalité peut exister, tout ce qui reste : formes de partage, d’entraide et leurs milieux associés. Ce manifeste propose des déambulations qui ouvrent les modes d’existence de la communauté vers autre chose que les prisons sociales avec ses sujets et ses identités. Être plus que ce que nous sommes pour ne pas rester enfermés dans la chimère de notre propre totalité. Josep Rafanell i Orra est psychologue et psychothérapeute, il est notamment l’auteur de Fragmenter le monde (Divergences) et de En finir avec le capitalisme thérapeutique (La Découverte, réed. Météores).

Publié le Laisser un commentaire

Félix Tréguer / Contre-histoire d’Internet / Agone / Rencontre

Vendredi 6 octobre

La librairie accueille Félix Tréguer, auteur de Contre-histoire d’Internet, pour discuter du renouvellement des stratégies étatiques de censure, de surveillance, et de propagande, qui ont permis de domestiquer toute contestation depuis la naissance de l’imprimerie jusqu’à l’avènement d’Internet.

« Le contrôle de l’espace public – notamment médiatique – par l’État s’appuie sur des stratégies multiséculaires sans cesse renouvelées, qui se sont adaptées à la nouvelle donne introduite par Internet. Cette technologie est ainsi rapidement passée d’un instrument au potentiel émancipateur à un instrument de pouvoir étatique et économique sans précédent. Comprendre le fil de ce changement implique de replacer cette technologie dans une histoire longue : celle des conflits qui ont émergé chaque fois que de nouveaux moyens de communication ont été inventés.

Depuis la naissance de l’imprimerie, les stratégies étatiques de censure, de surveillance, de propagande se sont sans cesse transformées et sont parvenues à domestiquer toute contestation. L’État à toujours su restaurer son emprise sous des formes inédites au gré d’alliances avec les seigneurs du capitalisme. Aujourd’hui, les grandes entreprises qui maîtrisent l’infrastructure numérique sont progressivement intégrées aux politiques de contrôle de l’espace public, tandis que les usages militants d’Internet font l’objet d’une violente répression. »

Après quinze années d’engagement en faveur des libertés sur Internet, Félix Tréguer analyse avec lucidité les fondements antidémocratiques de nos régimes politiques et la formidable capacité de l’État à façonner la technologie dans un but de contrôle social. Il interpelle ainsi l’ensemble des acteurs qui luttent pour la transformation sociale.

Nouvelle édition revue et actualisée
Première édition française, L’Utopie déchue (Fayard, 2019)

Publié le Laisser un commentaire

Coline Hegron / Sans Panique / Delcourt / Dédicace

Jeudi 5 octobre à 19h30

La petite Romie est la seule rescapée d’un accident qui l’a amenée sur une île étrange dont toute la population est apathique. Recueillie par la famille de Danaë, elle essaie de faire réagir les insulaires, à la nouvelle d’une météorite qui menace de s’écraser sur eux. Entraînant Danaë avec elle sur le continent, Romie tentera tout pour guérir son amie de l’indifférence et sauver la population de l’île.

Publié le Laisser un commentaire

Neige Sinno / Triste Tigre / POL / Rencontre

Mercredi 4 octobre à 19h30, rencontre organisée en partenariat avec En attendant Nadeau animée par Jeanne Bacharach

« Il disait qu’il m’aimait. Il disait que c’est pour pouvoir exprimer cet amour qu’il me faisait ce qu’il me faisait, il disait que son souhait le plus cher était que je l’aime en retour. Il disait que s’il avait commencé à s’approcher de moi de cette manière, à me toucher, me caresser c’est parce qu’il avait besoin d’un contact plus étroit avec moi, parce que je refusais de me montrer douce, parce que je ne lui disais pas que je l’aimais. Ensuite, il me punissait de mon indifférence à son égard par des actes sexuels. »Entre 7 et 14 ans, la petite Neige est violée régulièrement par son beau-père. La famille recomposée vit dans les Alpes, dans les années 90, et mène une vie de bohème un peu marginale. En 2000, Neige et sa mère portent plainte et l’homme est condamné, au terme d’un procès, à neuf ans de réclusion. Des années plus tard, Neige Sinno livre un récit déchirant sur ce qui lui est arrivé. Sans pathos, sans plainte. Elle tente de dégoupiller littéralement ce qu’elle appelle sa « petite bombe ». Il ne s’agit pas seulement de l’histoire glaçante que le texte raconte, son histoire, une enfant soumise à des viols systématiques par un adulte qui aurait dû la protéger. Il s’agit aussi de la manière dont fonctionne ce texte, qui nous entraîne dans une réflexion sensible, intelligente, et d’une sincérité tranchante. Ce livre est un récit confession qui porte autant sur les faits et leur impossible explication que sur la possibilité de les dire, de les entendre. C’est une exploration autant sur le pouvoir que sur l’impuissance de la littérature. Pour se raconter, la narratrice doit interroger d’autres textes, d’autres histoires. Elle nous entraîne dans une relecture radicale de Lolita de Nabokov, ou de Virginia Woolf, et de nombreux autres textes sur l’inceste et le viol (Toni Morrison, Christine Angot, Virginie Despentes). Comment raconter le « monstre », « ce qui se passe dans la tête du bourreau », ne pas se contenter du point de vue de la victime ? Jusqu’à reprendre la question que le poète William Blake adressait au Tigre : « Comment Celui qui créa l’Agneau a-t-il pu te créer ? » (The Tyger). Le récit de Neige Sinno nous fait alors entrer dans la communauté de celles et ceux qui ont connu « l’autre lieu », celui de la nuit et du mal, qui ont pu s’en extraire mais qui en sont à jamais marqués, et se tiennent ainsi à la frontière des ténèbres et du jour. Nulle résilience. Aucun oubli ni pardon. Juste tenter de tenir debout, écrire son récit comme une « petite bombe artisanale qu’on fait exploser tout seul chez soi, dans l’intimité de la lecture. Elle a l’intensité et la fragilité des choses conçues dans la solitude et la colère. Elle en a aussi la folle et ridicule ambition, qui est de faire voler ce monde en éclats. »

Publié le Laisser un commentaire

Ukraine – Fragments – 02-2022 / 02-2023 / Agence Myop / Lancement

Mardi 3 octobre à 19h

Rencontre et signature en présence des photographes et des éditeurs.

Le 24 février 2022, plus de 40 millions d’Ukrainiens ont basculé dans une réalité que nous ne pouvons appréhender qu’à travers les reportages et les témoignages.

Depuis cette date, six photographes de l’agence MYOP font régulièrement le voyage pour nous donner à voir ce qui se passe au cœur du continent européen. Qu’ils aillent au plus près du front ou qu’ils choisissent de partager la vie des civils, chacun à sa manière tente de saisir le quotidien d’un peuple, de nous montrer la vie qui continue malgré la menace et l’inquiétude, malgré la fragilité et la mort.

Les portraits, les situations, les paysages rassemblés dans ce livre sont autant de fragments qui composent le récit pudique et bouleversant d’une année de guerre.

***

L’ensemble des partenaires du livre ayant renoncé à leur rémunération, l’intégralité des fonds de la vente sera reversée à l’association ukrainienne NGO YES. Basée à Zaporijjia, elle apporte une aide alimentaire, médicale et vestimentaire aux populations vulnérables ainsi qu’aux déplacés de guerre. 

Publié le Laisser un commentaire

Tu ne meurs pas / GwinZegal et Tipping Expected / Lancement

Lundi 2 octobre à 19h

Le 16 septembre 2022 Masha (Jina) Amini, 22 ans, meurt dans un hôpital de Téhéran. trois jours plus tôt elle est arrêtée par la police à cause d’une attitude non corforme aux codes vestimentaires en vigueur en République islamique d’Iran – ses cheveux trop apparents ou son pantalon non conforme ont posé problème – elle a reçu des coups à la tête pendant sa garde à vue et est tombée dans le coma.

Une mort, une injustice de trop qui enflamme le peuple iranien. Ils s’emparent de l’espace public, bravent les condamnations les plus violentes, filment, photographient. Ils écrivent un soulèvement qui par son cri “femme, vie, liberté” est historique. Une guerre de la vie contre la mort qui persiste depuis et dont les images par les Iraniens s’obstinent pour la liberté, contre le régime.

Le corpus de photographies et vidéos rassemblées dans ce livre, a initialement été constitué pour les besoins de la couverture du soulèvement de 2022 pour le journal Le Monde. Il a été publié le 15 février 2023, à l’occasion des 5 mois de soulèvement. Les auteurs de ces images, pour la plupart issues de réseaux sociaux, sont souvent des citoyens iraniens qui ont requis l’anonymat.

Ce livre est publié à l’occasion de l’exposition “Tu ne meurs pas” présentée lors de la 35ème édition du festival international de photojournalisme, Visa pour l’Image à Perpignan.

L’image de l’événement : 022_ L’artiste Elham Abbasloo récupère les cheveux coupées par les femmes autour du monde, se tond également la tête et pose sur un parterre de cheveux pour contester la répression. Le 31 décembre 2022.

Publié le Laisser un commentaire

Un Monde en pièces 4 / Gaspard & Ulysse Gry / Presque Lune / Rencontre & dédicaces

Vendredi 29 septembre à 18h30

Le plateau s’écroule et tout le monde regarde ailleurs.
Pour Jaiseth, rien ne se passe comme prévu. La guerre qu’il comptait mener contre le plateau des dames avec la complicité du parti de la ligne, pour dissimuler les vrais enjeux de son implication, est vouée à l’échec. L’étau se resserre et la confiance de la Reine blanche envers son meilleur agent chez les noirs se dissipe comme la couleur de sa peau à défaut d’élixir qu’elle refuse désormais de lui livrer secrètement. Car pendant ce temps, il y a urgence ! Chez les Blancs, des cases s’écroulent pour une raison environnementale inconnue.

Publié le Laisser un commentaire

Lale Westvind / Grip / Les Requins Marteaux / Dédicace

Mercredi 27 septembre à 18h30

Lors d’un accident étrange digne d’un passage rituel de superhéroïne, une jeune femme obtient des mains magiques.
Des mains à la force herculéenne mais capables de doigté, pas des grosses paluches de carreleurs ! Capables de tout briser, concasser, mettre en boîte, étirer, elles peuvent aussi reformer, réimaginer, réemployer…véritables personnages à part entière, prolongement de l’état d’esprit de leur propriétaire, elles vivent un récit initiatique, des débuts balbutiants à leur emprise sur le monde. Grip, c’est un récit frappant à la patte graphique psychédélique, c’est une aventure muette, véritable geste moderne. 

Publié le Laisser un commentaire

Chowra Makaremi / Femme ! Vie ! Liberté ! / / La Découverte / Rencontre

Rencontre jeudi 28 septembre 19h30

Depuis septembre 2022 des femmes et des hommes, souvent jeunes, se sont engagés en Iran dans un travail de conquête politique et d’ouverture des possibles qui nous remue à un endroit précis : celui de la possibilité, toujours, du soulèvement. Voici la chronique à distance d’une révolte qui s’est installée dans la durée avec surprise, audace et incertitude. Ce long automne insurrectionnel convoque aussi d’autres séquences de l’histoire iranienne, se trouve éclairé par d’autres mouvements, d’autres mémoires de luttes et de violences. Une histoire longue du pouvoir et de la résistance, que Chowra Makaremi connaît par son passé familial, par ses recherches également, en tant qu’anthropologue attentive aux contre-archives et aux émotions collectives.

L’autrice donne aux événements une profondeur de champ qui permet d’en identifier les genèses multiples, et de saisir le basculement révolutionnaire irréfutable qu’ils représentent. Elle compose une archive à la lumière orange des feux de rue, devenus le symbole d’une révolte qui se vit comme une combustion de colère, une profanation, une contagion