Publié le Laisser un commentaire

Paul van der Eerden pour Dear Paul et HMM / Collectif Ensaders pour Qui rira paiera et Gianpaolo Pagni pour No body / Editions Solo ma non troppo

Vendredi 12 avril à partir de 18h30, rencontre en présence des auteurs avec les éditions Solo ma non troppo pour 4 nouveaux livres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dear Paul collection carnets visuels – et HMM de Paul van der Eerden, solitude, peur, violence et sexe : des thèmes récurrents dans l’œuvre de l’artiste, qui déploie ici comme dans l’ensemble de son travail toute la palette de ses moyens formels, à l’aide de simples crayons de couleur.

Qui rira paiera du collectif Ensaders, des dessins construits simultanément à 3 artistes à partir de citations, de thèmes sacrés et profanes, pour un univers décalé et inquiétant, faisant souvent écho à l’actualité.

No body de Gianpaolo Pagni -collection carnets visuels-. No body, composé de 137 dessins aux tampons, ressemble à une liste de sentiments, d’objets, choses, personnes, lieux, composant un corpus intelligible mais fragile aussi. Ce livre où l’accumulation et la répétition règnent en maîtres fous, nous parle d’étranges bustes, de pierres et de montagnes, de l’absurde mercantile, de rage et d’humour, de violence, de douleurs drôles, de l’amour, des larmes et du sang, de la solitude, du cinéma, des animaux et des nourritures peut-être, de la mort, de la répétition infinie.

Publié le Laisser un commentaire

DMMP #9 / Lancement & Martes Bathori + Christophe Pernaude / Amis mots & faux amis / Lancement / Editions du Rouergue

Mercredi 20 mars à partir de 18h30, double lancement avec DMMP # 9 et Martes Bathori & Christophe Pernaudet pour Amis mots & faux amis publié aux éditions du Rouergue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’occasion de la sortie en librairies de la revue DMPP #9, Gérald Auclin présentera la revue à 19h et parlera de la vie et l’œuvre de l’artiste soviétique Lev Youdine, auquel DMPP consacre un important dossier dans ce numéro. A ses côtés, nous retrouverons Martes Bathori, auteur phare de la revue, dont l’esprit tortueux a été mis au service des enfants, puisqu’il a récemment illustré Amis mots & faux amis, soit une trentaine de poésies à contraintes sonores oulipiennes de Christophe Pernaudet, tout juste paru aux éditions du Rouergue.

Publié le Laisser un commentaire

Sylvain Mazas / Ce livre devrait me permettre de résoudre le conflit au Proche-Orient, d’avoir mon diplôme, et de trouver une femme / Editions Vraoum

Lundi 28 janvier à 18h30, à l’occasion d’un passage à Paris, Sylvain Mazas fera une lecture de Ce livre devrait me permettre de résoudre le conflit au Proche-Orient, d’avoir mon diplôme, et de trouver une femme aux éditions Vraoum, où il racontera tout en dessinant les quatre premiers chapitres de son livre ; ainsi que la raison qui l’a poussé à dessiner. Accompagné d’une petite guitare, il pousse même la chansonnette.
Sylvain Mazas a déjà fait de nombreuses lectures en Allemagne qui ont toutes
été couronnées de succès. Ludiques et joviales ses lectures sont complètement raccord avec le livre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié le Laisser un commentaire

R.Sobac / N.Murer / B.Grimalt / RNB

Dimanche 27 janvier à 17h, lancement de RNB : titre du livre de sociologie musicale franco-bruxelloise conçu par R.Sobac / N.Murer / B.Grimalt en 2011 et fabriqué en 2012. (Préface de François A.)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au programme, pour la sortie parisienne, un set de MACON  morceaux rythmiques instrumentaux dansants à la structure simple voire linéaire et avec de l’espace laissé à l’improvisation. Il s’agira d’un quatre pistes qui jouera les pistes de cassettes préenregistrées. Une ou deux pistes ne seront pas jouées par le lecteur mais par MACON lui-même ce qui servira la dimension « live » de la performance.

Pour les influences et intentions musicales, il faut songer à des trucs comme Ultra Detersivo, Mr Oizo ou les premiers morceaux acid de Chicago (poil au cerveau).

Quelques liens :

http://youtu.be/O9Zi5FB05xI
http://youtu.be/bH-TQQO5Qlw

www.benoitgrimalt.com

http://saynomorefilms.blogspot.com/

Précédé d’un intermède musical de Sauv@ge Merguez (2) : Harmonica et incantations)))

 

 

Publié le Un commentaire

Sniper / Six / Editions Zones sensibles

Six de Sniper publié aux éditions Zones sensibles, rencontre avec l’éditeur, l’auteur et le graphiste vendredi 25 janvier à 18h30. Plus d’infos sur la rencontre par .

six couv

Pour écouter Sniper parler de son livre c’est ici.

Ici, tout est question de temps.

Mais d’humains d’abord, de ceux qui crient et gesticulent pour acheter ou vendre, de coursiers qui parcourent « les rues à toute allure pour crier les cotations les plus récentes dans les différents bureaux des intermédiaires humains ». Mais aussi de ceux, comme Henry Paulson, Sheldon Maschler, Thomas Petterffy, Josh Levine, humains ambitieux et visionnaires, qui pour gagner du temps, et donc de l’argent, observent, cherchent, croient dans le pouvoir des machines, bousculent les habitudes et innovent quelque soit le prix à payer.

« Je ne pense pas que vous pouvez faire ça » finit par lâcher l’inspecteur. Petterfy vacilla un instant […], mais le contrôleur repartit en promettant d’interroger sa direction. Il appela quelques jours plus tard pour confirmer ses doutes : un des points du règlement stipulait que les ordres devaient obligatoirement être saisis sur le clavier du terminal officiel. Pour Petterfy cela signifiait remettre un humain sur le clavier, et avec lui sa pause-sandwich, ses erreurs et sa lenteur. Inconcevable.
En une semaine […], avec l’aide de ses meilleurs ingénieurs, de beaucoup de câbles et de lignes de codes, il construisit une machine qui devait se comporter comme n’importe quel humain face à l’écran du terminal […]. Avec des bouts de caoutchouc et des pistons, les ingénieurs fabriquèrent des mains artificielles qui tapaient à la machine automatiquement. Et rapidement. […]
Lorsque l’inspecteur du NASDAQ revint une semaine plus tard pour vérifier que tout était en ordre, il se trouva face à un cyborg pourvu d’un œil énorme et de doigts artificiels, un mélange de mécanique du XIXème siècle, d’optique des années 1970 et de code informatique dernier cri. Il regarda la machine s’agiter bruyamment sur son clavier. Petterfy sentit que la situation allait lui échapper et joua son va-tout, avec humour, en proposant de construire un mannequin autour du robot, comme pour donner l’illusion qu’il s’agissait d’une secrétaire en train de taper à la machine, mais l’inspecteur quitta les bureaux sans plus de commentaire. Il n’avait pas grand-chose à dire : le cyborg respectait les règles. »

Si ce passage peut faire sourire, s’il est possible d’imaginer ce cyborg cyclope, peu à peu le compte à rebours est lancé et les chapitres à l’ordre décroissant -6, 5, 4, 3, 2, 1- s’enchaînent et donnent le vertige. On voit des hommes qui, à force de gagner du temps, deviennent eux-mêmes les proies d’un système qu’ils ont construit et qui leur échappe. Un système où les machines prennent le pouvoir. Si tel un humain, un algorithme « s’échappe », plus rien n’est maîtrisé et tout s’écroule en quelques millisecondes. Plus rien de matériel ni de concret ne semble se passer et l’enjeu financier, la complexité, le virtuel et la dématérialisation rendent alors toute forme d’images impossible pour le commun des lecteurs de cet ouvrage vertigineux : bienvenue dans le monde du trading à haute fréquence !

Les acteurs se nomment alors Sumo, Blast, Guerilla, Shark, Razor, etc. des algorithmes dont on notera les noms guerriers. Désormais, tout passe par eux. Plus de criée, ni de coursier mais des algorithmes, de la fibre optique et des micro-ondes.

Leurs pères humains, pourtant si confiants à leurs débuts, se trouvent ainsi soumis à la folle et insaisissable temporalité des monstres dont ils ont accouché : « Après la Seconde Guerre mondiale, un titre appartenait à son propriétaire pendant quatre ans. En 2000, ce délai était de huit mois. Puis de deux mois en 2008. En 2013, un titre boursier change de propriétaire toutes les 25 secondes en moyenne, mais il peut tout aussi bien changer de main en quelques millisecondes. […] les machines tentent d’aller de plus en plus vite dans le but de saisir une opportunité qui aurait échappé aux concurrents en raison de leur inattention ou de leur lenteur. Chaque milliseconde compte : « trois millisecondes dans le temps informatique représentent une heure de temps humain », affirme un spécialiste. »

Un livre vertigineux, une couverture qui, comme Alexandre Laumonier sait si bien le faire, vient élégamment et discrètement appuyer le propos du livre. Les éditions Zones sensibles n’ont décidément pas fini de nous étonner, venez les rencontrer !

Publié le Laisser un commentaire

Arbitraire éditions / Arbitraire 11 & nouveautés / Lancements

Jeudi 24 janvier à partir de 18h30,  lancement du 11eme opus de la revue Arbitraire ainsi qu’une ribambelle de nouveautés des auteurs du collectif en présence de Antoine Marchalot, Vincent Pianina, Charles papier, Julien Nem, Ophélie Bernaud, Pierre Ferrero, Geraud Piguel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Arbitraire 11 : depuis le premier numéro, cette revue n’a cessé de voir sa pagination augmenter. Nous avons cherché pas à pas les améliorations techniques pouvant accompagner  son développement, avec la volonté d’apprendre de nos erreurs et d’acquérir un savoir-faire d’éditeur. Cette revue continuera de défricher nos propres pratiques et celles d’auteurs dont nous apprécions le travail. Dans ce numéro, vous trouverez quatre cahiers spéciaux, dont un en quadrichromie  convoquant tous les auteurs du collectif. Une sombre histoire de volcan et de ravin… Accompagnant les auteurs du collectif Arbitraire toujours au rendez-vous (Ophélie Bernaud, Geraud, Charles Papier, Vincent Pianina, Antoine Marchalot, Julien Nem, Pierre Ferrero) vous pourrez admirer les planches de nos invités pour  l’occasion : Benoît Preteseille, François De Jonge, Matt Furie, Martes Bathori, Nuvish,  Oriane Lassus, Capron, Luca M, Faye Coral Johnson, Dan Rhett, Margaux Duseigneur,  Kohei Ashino et Mike Redmond. »

mais aussi des nouveautés chez Arbitraire Éditions :

Collection Étoile : la collection Étoile, toute nouvelle née des Éditions Arbitraire voit paraître comme premier titre Codex Comique de Dan Rhett. Cette collection se caractérisera par des livres de différents formats à reliure toilée. Codex Comique de Dan Rhett, auteur américain découvert par le biais de ses fanzines : voici quelques contes de pirates, de personnages en bois et de nâgas, de sirènes et de harpies… De mini mages et de grands singes, de jeux vidéos et de carrés magiques, de diverses choses qui n’ont pas encore trouvé un nom..

Collection Atome : la collection ATOME débute avec deux publications et s’inscrit dans la tradition des comix underground, des séries à parution régulière, formées d’un cahier d’une trentaine de pages en noir et blanc sur papier léger avec une couverture couleur. 

Les Puissances de l’Avenir #1, Charles Papier : Charles Papier continue le récit de Zone Z entamé dans les revues Arbitraire 9 et 10 (et que l’on peut consulter sur son site). « Et si on rentrait pas chez nous et qu’on allait faire un tour ? ». Partant de là, deux camarades se retrouvent à déambuler au hasard dans une ville de tôle et de béton où se côtoient entrepôts vides, bâtiments en construction et végétation sauvage. Au fil de leurs différentes rencontres avec les êtres qui vivent et survivent dans ces rues, ils plongeront au plus profond de ce monde griffonné et déchiré par la plume de l’auteur.

Prédateur Urbain #1, Geraud : dans son Prédateur Urbain, Geraud revêt le cuir de Joseph, antihéros d’une auto-fiction déroutante.Il nous dévoile ses rêves et ses fantasmes mais aussi une part de son quotidien lyonnais dans un style cru, sincère et plein d’humour. Le fond de ce récit reste très sombre et la forme s’en ressent : Geraud se régale dans l’utilisation de la plume et de l’encre de chine. Tout doit être recouvert de noir, ou presque.

Magic Art Digital, Hors Collection, Antoine Marchalot : recueil de dessins sur des feuilles volantes, mais pas très haut, réalisés entre 2009 et 2012

et même une nouveauté venue d’ailleurs :

Marlisou, Pierre Ferrero, Les Requins Marteaux : Marlisou est une belle et courageuse toxicomane. Après s’être injectée sa dernière dose, elle décide de braquer son dealer, d’empocher le reste de la came et de s’enfuir fissa le plus loin possible. Poursuivie par ses fournisseurs et par la police toujours complice, elle finit par s’envoler dans les airs à bord d’un dirigeable. Jusqu’ici rien de plus banal. Reste que son périple la conduira aux confins troubles de l’espace et du temps ; au crétacé comme sur mars, dans un phare comme dans le cosmos, dans une fuite en avant qui jamais ne se lasse de la voir trépasser.

Publié le Laisser un commentaire

Le Tigre n° 26 et Les cris de Paris / Lancement

Mercredi 23 janvier à partir de 19h, lancement du numéro 26 de la revue Le Tigre en présence de l’équipe du Tigre, de Geoffroy Jourdain et des chanteurs des Cris de Paris. A découvrir dans ce numéro, le deuxième épisode du feuilleton de Raphaël Meltz sur l’ensemble Les Cris de Paris.

Venez rencontrer l’équipe du Tigre, écouter les chanteurs des Cris de Paris (concert à 20h) et boire un verre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un très grand merci à Geoffroy Jourdain et aux chanteurs du chœur de chambre Les Cris de Paris pour le concert.

 AU PROGRAMME
Clément JANEQUIN – Les Cris de Paris
Georges APERGHIS – Récitation (extrait) *
John CAGE – Story **
Giacinto SCELSI – Hô (extrait) ***
Georges APERGHIS – Dialogue amoureux ****
SOPRANOS
Adèle Carlier
Cécile Larroche **
Camille Slosse * et ****
MEZZOS
Emmanuelle Monier
Emilie Nicot ***
Anne-Lou Bissières **
Pascale Durand **
TENORS
Christophe Gires ** et ****
Emmanuel Richard
Nicolas Drouet
BASSES
David Colosio
Emmanuel Bouquey
Simon Dubois **
Publié le Laisser un commentaire

Anders Nilsen / Big question / Éditions L’Association / Rencontre

Dimanche 20 janvier à 17h, rencontre avec Anders Nilsen animée par Mikaël Demets.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour écouter l’interview d’Anders Nilsen par Mikaël Demets, traduction de Tania Brimson c’est ici.

Dans une plaine indéfinie et désolée, une colonie d’oiseaux s’interroge sur la routine, le destin et la signification des choses en général, quand un événement imprévu vient troubler leur existence. Au milieu des corneilles, des cygnes, des loups et d’un idiot vivant avec sa vieille mère, un mystérieux «œuf» tombe du ciel. Confrontés à une série d’événements dont la signification leur échappe, les oiseaux sont peu à peu gagnés par l’angoisse et les superstitions les plus invraisemblables.

Big Questions fut entamé par Anders Nilsen il y a quinze ans sous la forme d’un simple exercice d’improvisation et poursuivi sous forme de petits comics jusqu’à son dénouement final en 2011. Il nous immerge dans un espace fantasmagorique et beckettien, où le lecteur, fasciné et déstabilisé, est invité à se perdre dans les réflexions métaphysiques d’une bande de moineaux, comme pour mieux réveiller les siennes.

Véritable révélation parmi la nouvelle génération des auteurs américains, Anders Nilsen est sans doute celui qui a su le mieux s’affranchir de ses glorieux aînés. Big Questions est la preuve qu’une bande dessinée peut encore nous surprendre, dès lors que l’auteur plonge au fond de lui-même pour en sortir des images dont la singularité et l’étrangeté savent nous troubler
Publié le Laisser un commentaire

Isabelle Fremeaux & John Jordan / Les sentiers de l’utopie / Éditions de la Découverte / Rencontre

Samedi 19 janvier à 18h30, dans la cadre du festival Bobines sociales et de la sortie de Les sentiers de l’utopie aux éditions de la Découverte projection d’extraits du film et rencontre avec l’un des réalisateurs Isabelle Fremeaux ou John Jordan.

bobines

Pendant près d’un an, Isabelle Fremeaux et John Jordan sont partis sur les routes européennes, à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi, ici et maintenant, de vivre autrement. Ils ont partagé d’autres manières d’aimer et de manger, de produire et d’échanger, de décider des choses ensemble et de se rebeller.  À la fois récit de voyage et documentaire fictionnel, ce livre-film propose un périple réel et imaginaire, une exploration lancée à la découverte de formes de vie postcapitalistes. Pendant près d’un an, Isabelle Fremeaux et John Jordan sont partis sur les routes européennes, à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi, ici et maintenant, de vivre autrement. Ils ont partagé d’autres manières d’aimer et de manger, de produire et d’échanger, de décider des choses ensemble et de se rebeller. Depuis un « Camp Climat » installé illégalement aux abords de l’aéroport d’Heathrow jusqu’à un hameau squatté par des punks cévenols, en passant par une école anarchiste gérée par ses propres élèves, une communauté agricole anglaise à très faible impact écologique, des usines occupées en Serbie, un collectif pratiquant l’amour libre dans une ancienne base de la Stasi ou une ferme ayant aboli la propriété privée, ils ont découvert des Utopies bien vivantes dans ces interstices invisibles du système.
De cette expérience a émergé Les Sentiers de l’Utopie. Le texte est un récit captivant, qui raconte la vie de chaque communauté, ses pratiques et son histoire. Le film, un docu-fiction tourné pendant le voyage, se présente comme un road-movie poétique situé dans l’avenir. Les personnages et les lieux circulent du livre au film et, pas à pas, laissent deviner, dans la brèche du présent, les scintillements d’un autre avenir possible.
Le format initial offrait un DVD intégré dans la couverture du livre. Avec cette version poche, nous vous proposons de visionner le film directement ici.