Longtemps je me suis couché de bonne heure pour raisons de sécurité

5,00

de Thomas Baumgartner

Octobre 2015
Format : 10,5 x 14,5 cm
32 pages
Livre broché
ISBN : 9791092775112

Présentation

Dans les aéroports, dans les gares, sur internet ou en traversant la rue, à la boulangerie, au boulot, à l’école, en vacances, au supermarché, à l’hypermarché, au café, à la radio, à la télé, dans le hall, dans le jardin, à la piscine, on prend soin de nous, on nous informe, on nous (dé)conseille, on nous empêche, on nous canalise, on nous prend par la main, on nous scane, on nous demande de rester de l’autre côté de la ligne, on nous dévisage, on nous touche, on nous regarde dans le sac, on ne peut pas annuler la commande, on nous demande l’autre carte, on nous réclame un justificatif, on exige un doigt puis l’autre, on nous demande de retirer le casque, on nous laisse attendre dans le sas, on nous regarde en coin, on nous demande de ne pas sourire, et on nous explique bien que tout ça, c’est « pour raisons de sécurité ».

Et si cet air du temps sécuritaire allait contaminer jusqu’aux grands classiques de la littérature? Ce livre propose une série d’incipits de romans célèbres, un peu modifiés. Les premières phrases de titres signés Proust, Queneau, Camus, Perec, Nizan, Austen, Nabokov, Kafka… mais légèrement adaptées « pour raisons de sécurité ». À lire dans le désordre, ou pas. Par l’effet du simple collage de ces quelques mots (« pour raisons de sécurité »), et celui de l’accumulation, une ambiance vaguement angoissante se crée. Le décalage de ce repère souvent familier qu’est la première phrase d’un roman provoque même une forme de suspense.

À la lecture on sourit, on rit, on s’interroge…

Ce livre court est aussi un jeu, un « blind test » littéraire, dont la solution est donnée en fin d’ouvrage, avec la liste des titres et des auteurs qui ont servi de références.

Poids et format

Poids 45 g
Dimensions 10.5 × 14.5 cm

Vous aimerez peut-être aussi…