Publié le Laisser un commentaire

#MeTooThéâtre / Libertalia / Rencontre

Mercredi 29 juin à 19h30

« Réunies par notre colère et l’injustice structurelle de notre environnement professionnel, nous avons décidé de prendre la parole pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes que nous subissons de manière systémique et avons lancé le #MeTooThéâtre sur les réseaux. Une déferlante de témoignages a ensuite afflué, attestant d’une réalité concrète : nous ne sommes pas seules.

Nous ne sommes pas des cas isolés. Nous sommes légion à subir et à vouloir dénoncer la sexualisation constante de nos corps, l’écrasante dominance de la présence des hommes aux commandes et en possession des moyens de production, l’entretien de cette chimère qu’est la zone grise et qui, dans notre milieu probablement plus qu’ailleurs, fait rage.

Quelques sorcières, réunies sur un canapé un soir d’automne, lançant tremblantes le premier #, avec la foi de leur insupportable révolte, c’est ça, le début de la révolution. »

Les textes fondateurs de #MeTooThéâtre sont rassemblés aujourd’hui dans ce livre dans le but clair d’armer les consciences. Avec la sororité pour fil rouge, ce livre se veut aussi un manifeste pour que plus personne ne puisse dire « on ne savait pas ».

Publié le Laisser un commentaire

Lisa Mandel / Se rétablir / Exemplaire / Lancement

Mardi 28 juin à 18h30

La santé mentale, tout le monde en a une et parfois, elle nous joue des tours.
Le rétablissement est le concept selon lequel on peut mener une existence heureuse et épanouie avec un trouble psychique. On y apprend que se rétablir n’est pas guérir, c’est vivre avec.
Se rétablir, c’est aussi le travail d’une vie : (re)connaître son trouble, le comprendre, l’apprivoiser, trouver du soutien, retrouver son pouvoir décisionnaire…
Ce livre recueille avec humour les témoignages de personnes directement concernées. Qu’elles soient entendeuses de voix comme Romain, bipolaires comme Chloé ou atteintes de TDAH à l’instar de Jonathan, chacune nous prouve que nous ne sommes pas uniquement définis par nos neurodivergences, et qu’avec un accompagnement adapté, il est possible de s’en sortir. 

Publié le Laisser un commentaire

Élodie Shanta / Aneth, apprentie sorcière / Glénat / Dédicace

Dimanche 25 juin à partir de 17h30

Dédicace avec Elodie Shanta pour la sortie de sa nouvelle BD « Aneth, apprentie sorcière » aux éditions Glénat.

« Magie blanche et humour noir !

C’est la rentrée des classes pour tout le monde… même pour les petits sorciers ! Aneth intègre son école de magie, et découvre cet univers extraordinaire : entre les élèves qu’elle trouve bizarres, les profs un peu zinzins et une invasion de pissenlits au château, on ne peut pas vraiment dire que la magie du quotidien opère facilement ! »

Originaire de Bretagne, Elodie Shanta vit à Bruxelles depuis 2016. Elle est autrice et illustratrice de bande dessinée jeunesse et grand public. D’abord présente en ligne grâce à son blog, Elodie publie des albums depuis 2014 et travaille également régulièrement pour la presse (Biscoto, Milan, Bayard).
A Bruxelles, avec l’autrice et illustratrice Tarmasz, elles ont monté l’Atelier Rascasse dans lequel elles pratiquent le tatouage et organisent des événements autour de la BD et de l’illustration.

Publié le Laisser un commentaire

Homemakers / Camille Azaïs / Tombolo Presses / Lancement

Vendredi 24 juin à partir de 18h

Le premier texte de fiction publié de la critique d’art et autrice Camille Azaïs, qui interroge le retour au foyer des femmes américaines depuis les années 2010.

Dans le courant des années 2010, un certain nombre de femmes, souvent américaines, issues des classes privilégiées et blanches, abandonnent leur carrière professionnelle pour un retour à la vie domestique, considérée comme plus écologiquement responsable. Loin du cliché de la mère au foyer américaine tant décrié par la littérature féministe, ces femmes se décrivent comme des « homemakers », des « faiseuses de foyer » radicales.
Entrecoupé d’images et de commentaires issus de comptes Instagram et de blogs, le texte de Camille Azaïs interroge les raisons qui motivent ce choix : engagement écologique, soustraction à des formes capitalistes de domination salariée ou nostalgie d’un « ordre ancien », où les femmes étaient à la maison ?

Écrit pour l’exposition « Career Girls » organisée par Margaux Bonopera et Elsa Vettier du 17 mars au 18 juin 2022 à Mécènes du Sud Montpellier-Sète, Homemakers est mis en livre par Morgane Masse et publié par Tombolo Presses. Il a été imprimé en risographie 5 couleurs et façonné à la main dans les ateliers collectifs de toner toner et Sans Contrefaçons, à Grrrnd Zero, Vaulx-en-Velin, en avril 2022.

Camille Azaïs (née en 1984 à Paris) est critique d’art, commissaire d’exposition et autrice de fictions. Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de Lyon, elle collabore régulièrement à des revues spécialisées (Tools, Switch on paper, Critique d’art, Brand New Life, Revue Profane, ZéroDeux, Initiales, La Belle Revue, Tombolo, Code Magazine…) et écrit pour des institutions (Jeu de Paume, Fondation Pinault, Association RN13Bis Normandie, LaM Villeneuve-d’Ascq, Centre Pompidou, Mac/Val, IAC Villeurbanne, Universcience, Pavillon Bosio – Ecole d’art de Monaco…). En 2017, elle fonde la revue Ingmar, dédiée à l’écriture de fiction dans le champ des arts visuels.
Son travail critique s’intéresse aux multiples dimensions des rapports entre l’art contemporain et le vivant, et au rôle que peut jouer l’écriture de fiction dans l’invention d’un autre rapport à la nature. Ses textes constituent autant des réflexions sur l’art qu’une tentative de décryptage de phénomènes culturels contemporains à travers les multiples voix qui s’expriment sur les réseaux sociaux. Elle est l’auteure en 2019 du feuilleton Michael Jackson : The Man in the Mirror pour France Culture, écrit à partir des innombrables rumeurs entourant l’icône de la pop. En 2020, elle est lauréate des Encouragements de la commission pour l’Aide à la Création d’ArtCena, pour son texte Minimal, premier texte dramatique centré sur la figure de la fondatrice d’un mouvement écologique radical. Elle mène également une recherche de long cours, soutenue en 2020 par l’INHA et l’Institut Français, sur l’art contemporain en contexte rural.

Conception graphique : Morgane Masse.

Publié le Laisser un commentaire

Mirion Malle / Adieu triste amour / La ville brûle / Dédicace

Jeudi 23 juin, dédicace à partir de 18h

Pour sa dernière date en France, Mirion Malle viens pour une rencontre-dédicace autour de sa BD « Adieu triste amour ».
Après le remarquable et remarqué « C’est comme ça que je disparais », Mirion Malle revient avec « Adieu triste amour ». Dans cette tranche de vie douce-amère et très « nouvelle vague », nous suivons le parcours de Cléo, jeune autrice de BD qui quitte tout du jour au lendemain : une ville (Montréal), un amour dont elle doute et une vie à laquelle elle se sent étrangère. De l’hiver au printemps, du festival d’Angoulême à la Gaspésie, en passant par Montréal, nous la suivons et nous assistons à la naissance d’une nouvelle Cléo, libre de créer, de vivre, d’aimer et d’être tout simplement elle-même.

Comme toujours, Mirion Malle nous entraîne au plus près de son héroïne et de ses émotions au fil de pages superbes réhaussées d’une mise en couleurs remarquable.

Les thèmes de prédilection de Mirion Malle sont là (la sororité, le soutien, l’écoute), et sont traités avec finesse et sensibilité. Tout cela fait de Adieu triste amour un roman graphique aussi fort que joyeux et une superbe histoire d’émancipation, que viennent éclairer les prémisses et la promesse d’un nouvel amour.

Mirion Malle est une autrice et dessinatrice de bande dessinée française, qui vit aujourd’hui à Montréal. Elle a fait des études de bande dessinée à l’ESA Saint-Luc (Bruxelles) et est également titulaire d’un master de sociologie. Elle est l’autrice de Commando Culotte (Ankama, 2016) ainsi que de La Ligue des super-féministes et C’est comme ça que je disparais (parus en 2019 et 2020 aux éditions la ville brûle).

Publié le Laisser un commentaire

Révolution : une histoire culturelle / Enzo Traverso / La Découverte / Rencontre

Mercredi 22 juin à 19h30, rencontre avec Enzo Traverso

La discussion sera animée par Ludivine Bantigny, historienne.

Les révolutions ne se prêtent pas aux récits linéaires. Elles sont de véritables séismes qui, en renversant l’ordre établi, renouvellent les horizons d’attente et font advenir des idées, des imaginaires et des canons esthétiques nouveaux.

Pour en mesurer les forces et les puissances de transformation, mais aussi les tensions et les contradictions, Enzo Traverso compose une constellation d’« images dialectiques », où se télescopent les « locomotives de l’histoire » de Marx et le « frein d’urgence » de Walter Benjamin, les corps sexuellement libérés d’Alexandra Kollontaï et les corps disciplinés pour bâtir la « société nouvelle », la création d’images et de symboles (la barricade, le drapeau rouge, les chansons et rituels…) et la furie iconoclaste.

Au croisement de l’histoire intellectuelle, de l’histoire visuelle et de la théorie politique, Enzo Traverso montre que l’idée de révolution offre une clé d’intelligibilité de la modernité, jusqu’à notre présent, où elle continue d’informer souterrainement notre rapport au futur et au possible.

Publié le Laisser un commentaire

Rapailler : festival des littératures québécoises du 8 au 16 juin

Imaginé et organisé par la librairie Le Monte-en-l’air, le festival Rapailler vous offre pendant 8 jours un aperçu de la richesse, du dynamisme et de la diversité des littératures québécoises.

Et pour que cela soit une véritable fête, le festival se tiendra sur la terrasse du Monte-en-l’air transformée en place de village, à l’ombre des arbres sous le soleil de juin. Des bancs, une sono foraine et, suprême délice, des bières de la microbrasserie montréalaise Dieu du Ciel !

On ne saurait mieux faire de Paris un quartier de Montréal !

* Rapailler, définition -français du Québec- : ramasser, rassembler (ce qui est épars).

Avec le soutien de Québec Édition, du Ministère de la Culture et des Communications, de la Délégation générale du Québec à Paris, du Centre Culturel Canadien, de la Sofia et de la DRAC.

=========

PROGRAMME DÉTAILLÉ DES RENCONTRES CI-DESSOUS

Publié le Laisser un commentaire

Devenir révolutionnaire / Colin Robineau / La Découverte / Rencontre

Jeudi 26 mai à 19h30

Composé de quelques milliers de personnes en France, le milieu autonome rassemble des groupes aux pratiques diverses et aux influences idéologiques hétérogènes, dont les « zadistes » et le « black-bloc » ne sont que les fractions les plus médiatisées. Parfois désigné sous les catégories d’« ultragauche » ou de « mouvance anarcho-autonome », fédéré autour d’une critique anticapitaliste et antiétatique, ce microcosme politique reste, en dépit d’une visibilité accrue dans les mouvements sociaux, difficilement accessible. Qui sont ces activistes ? Que pensent-ils ? Comment se sont constituées leurs dispositions à l’action contestataire ? Quels sont leurs parcours et leurs motivations ?

À partir d’une vingtaine de récits de vie, cet ouvrage invite le lecteur à se plonger dans un jeu de piste qui, depuis la petite enfance des militants jusqu’à aujourd’hui, cherche à comprendre la genèse de leurs révoltes, les formes de leur socialisation politique et les ressorts de leurs engagements, pour répondre à une question à la fois simple et ambitieuse : comment devient-on révolutionnaire ?

Se dessinent ainsi, au fil des pages, des propriétés, des expériences et des trajectoires communes qui donnent à voir, loin des fantasmes que suscite le lexique de la radicalité, la fabrique des militants autonomes. Car on ne conteste l’ordre social ni par hasard ni sous le coup d’une illumination politique. Ici comme ailleurs, les individus agissent autant qu’ils sont agis. Et c’est précisément ce qui les pousse à agir dont ce livre entend rendre compte.

Publié le Laisser un commentaire

Revue Z / Montagne limousine – Forêts désenchantées / Lancement du numéro 15

Mercredi 25 mai à 19h30, rencontre avec l’équipe de la Revue Z

Depuis les plantations d’arbres qui quadrillent la Montagne limousine, la revue Z s’attaque à la sylviculture industrielle qui détruit les sols comme les corps des personnes qui y travaillent. Avec celles et ceux qui se battent pour des usages populaires et collectifs des forêts, on tente de faire entendre des voix trop souvent recouvertes par le vacarme des machines.

Plus ici : https://www.cairn.info/revue-z.htm

Publié le Laisser un commentaire

Guillaume Jan / Alias Lejean / Stock / Rencontre

Jeudi 19 mai à 19h30

encontre avec Guillaume Jan animée par Nicolas Menut.

Il a cartographié les Balkans, est parti chercher la source du Nil en 1860, a été
légèrement diplomate sur la mer Rouge, s’est aventuré jusqu’aux contreforts de l’Himalaya, sur les traces d’Alexandre Le Grand. Guillaume Lejean, né Guillaume Jean en 1824, a passé son adolescence à pérégriner en Bretagne avant de devenir journaliste à Paris, puis cartographe réputé. Mais, touche-à-tout et désordonné, il est mort à 47 ans avant d’avoir eu le temps de terminer la plupart de ses travaux. L’écrivain Guillaume Jan, son presque homonyme, découvre une ribambelle de points communs avec cet aïeul bohémien, rêveur, libre et sauvage. Les deux hommes ont grandi dans la même extrémité de la Bretagne, ils ont le même tempérament, les mêmes ambitions. Surtout, la même humeur vagabonde les a conduits aux mêmes endroits sur la carte du monde : ils ont dormi dans les mêmes criques au bord de l’Adriatique, longé les mêmes rivières en Bulgarie ou en Perse, escaladé les mêmes montagnes. Et une même passion pour l’Afrique les anime. Alias Lejean nous fait voyager sur ces mêmes terres à 150 ans d’intervalle. Avec sa plume fluide, jamais dénuée d’humour, Guillaume Jan enquête sur cet ancêtre idéal et mesure à quel point le monde a changé entre le XIXe siècle précolonial et le XXIe postCovid en tension maximale – entre une époque où tout paraissait possible grâce au progrès et une autre qui redoute chaque prochain cataclysme.

Né en 1973, Guillaume Jan a grandi dans le Finistère avant de devenir globe-trotter
puis grand-reporter. Il est l’auteur de quatre livres qui mettent en scène ses errances en Europe, en Asie ou en Afrique (Le Baobab de Stanley, 2009 ; Le Cartographe, 2011 ; Traîne-Savane, 2014 ; Samouraïs dans la brousse, 2018). Il a reçu plusieurs prix littéraires dont le Grand prix du roman de la Société des Gens de Lettres pour Traîne-Savane en 2015. Il vit aujourd’hui à
Nantes.