Publié le Laisser un commentaire

Maïa Mazaurette et Martin Page / Rencontre

Jeudi 16 janvier à 19h, rencontre avec  Maïa Mazaurette et Martin Page.

Sortir du trou. Lever la tête de Maïa MAZAURETTE, Anne Carrière éditions

Mal en point, la sexualité contemporaine ? Désenchantée, tout au moins.

Perturbée par les questions soulevées par le mouvement MeToo, mais aussi par la baisse internationale de libido, les enjeux de pouvoir, les injonctions irréalistes. Avec, pour résultat, une immense lassitude.

La faute à qui, à quoi ? À une sexualité pensée comme une affaire d’orifices, à un imaginaire qui réduit les femmes à un vide à combler, alors qu’elles possèdent un sexe, pulsant, puissant. La première partie de cet essai, « Sortir du trou », analyse comment l’Histoire, la culture et la psychanalyse ont réduit nos pratiques à des peaux de chagrin.

Mais parce qu’un pamphlet ne nous fera pas retrouver le chemin de la joie et du plaisir, la seconde partie, « Lever la tête », propose une ars erotica optimiste, pratique, ambitieuse, centrée sur la fantaisie et l’éthique. Au programme : une sexualité solaire, radieuse, à la portée de chacun.

Une autre sexualité est possible, il suffit de la faire advenir. « Sortir du trou » explique pourquoi. « Lever la tête » révèle comment.

Maïa Mazaurette est autrice, chroniqueuse et illustratrice. La majeure partie de son travail tant éditorial que fictionnel porte sur les questions de sexualité et de la place du corps dans les sociétés. Elle tient notamment des chroniques régulières dans Le Monde, GQ Magazine, Usbek & Rica et Le Temps, où elle décrypte les normes, les injonctions et les représentations stéréotypées liées à la sexualité et au genre. Expatriée depuis douze ans et nomade acharnée, elle réside actuellement à Brooklyn.

======================

Au-delà de la pénétration de Martin PAGE, éditions Le Nouvel Attila

Un manifeste bref et percutant
sur les rapports de genre.
Et si l’ONU établissait un moratoire sur la pénétration ?
Et si l’orgasme était aussi une construction sociale ?
Et si pénétrer c’était passer à côté et fuir ?
Et si la sexualité n’était plus regardée comme un sport olympique ?
Et si le clitoris était quelque chose de trop bien ?
Et si les mecs se sentaient un peu méfiant d’être des mecs ?
Et si on arrêtait de se sentir en faute pour n’avoir pas joui ?
Et si la pénétration aussi était politique ?
Martin Page interroge la place de la pénétration dans les rapports hommesfemmes, et plaide pour une exploration réciproque du reste du corps…

Martin Page, né en 1975, est connu comme auteur de romans et d’essais (sur la pluie, la cause animale et l’écriture), et de livres jeunesse (La bataille contre mon lit, Conversation avec un gâteau au chocolat, Le Permis d’être un enfant, …) avec sa compagne Coline Pierré, il a fondé une micro maison d’édition pour les textes atypiques : Monstrograph.

Publié le Laisser un commentaire

Scène ouverte Propagation du Matrimoine Littéraire

Mercredi 15 janvier à 19h30 les parleuses s’invitent à la librairie pour une scène ouverte spéciale matrimoine littéraire, orchestrée par Milady Renoir !

🔥 🔥 🔥PROPAGEONS LE MATRIMOINE LITTÉRAIRE et finissons-en avec une histoire de la littérature qui invisibilise, minore ou encore instrumentalise les textes d’autrices et donc nuit à la littérature elle-même 🔥 🔥 🔥

Audre Lorde Valerie Solanas Marcelle Sauvageot Maya Angelou James Tiptree Jr. Emily Brontë Violette Leduc Marina Tsvetaeva Sylvia Plath Danielle Collobert Louise Michel Christiane Rochefort Kathy Acker Beatrix Beck Annemarie Schwarzenbach Monique Wittig Assia Djebar Marie Louise Haumont Alejandra Pizarnik Ingeborg Bachmann Renée Vivien Joyce Mansour Benoîte Groult Marguerite Duras Marguerite Yourcenar Rose Celli
Mariama Bâ Ono no Komachi Mireille Havet Colette Hélène Bessette George Sand Goliarda Sapienza Rachilde Christine de Pizan Carson McCullers Charlotte Dacre Clarice Lispector Octavia Butler Myriam Harry Dorothy Bussy Out-el-Kouloub Murasaki Shikibu Simone de Beauvoir Catherine Pozzi Gertrud Stein Maria Soudaïeva Virginia Woolf Violette Ailhaud Marie von Ebner-Eschenbach Nicole Houssa Gérard d’Houville Jane Austen Louise Collet Marie D’agoult Nelly Arcan Marguerite Audoux Janet Frame
Vickie Gendreau Adrienne Monnier Natalie Clifford Barney Anna de Noailles Germaine Beaumont Anaïs Nin Raïssa Maritain Hélène de Zuylen Astrid Lindgren Delphine Gay
Germaine de Staël Grisélidis Real Gabrielle Wittkop Claire de Duras Mary Shelley Adelheid Duvanel Simone Weil Josée Yvon ETC ETC ETC ETC ETC ETC🔥 🔥 🔥

Publié le Laisser un commentaire

Pacôme Thiellement / Tu m’as donné de la crasse et j’en ai fait de l’or / Lancement

Mardi 14 janvier à 19h

Toute une vie ne suffit pas pour apprendre à vivre. Pour nous y aider, voici le récit poignant d’un homme qui a décidé de plonger dans ses douleurs les plus vives pour les transformer. Nous ne devons pas rejeter ce qui nous entrave, nous devons savoir quoi en faire. Il nous apprend que nous avons besoin de cette matière noire pour opérer notre transmutation. Amitiés trahies, douleur du premier amour, jalousies professionnelles, mais aussi impuissance sexuelle ou mort d’un proche deviennent sous la plume claire et sublime de Pacôme autant de joyaux potentiels, de vérités qu’il nous faut apprendre à regarder. L’auteur montre que dans la vie il y a des lumières partout, déclinantes et ascendantes, et il faut savoir reconnaître les bons signes, les bonnes lumières. Il faut être incroyablement intuitif pour retrouver sa nature véritable. Pâcome fait appel à son expérience foisonnante mais aussi à sa connaissance des textes : Lao-Tseu, les stratèges chinois, les textes gnostiques retrouvés à Nag Hammadi, et bien sûr, les poètes. Une initiation à la spiritualité où l’intime convoque l’universel, où le bonheur ne sera jamais béatitude mais combat.

Pacôme Thiellement est un journaliste, essayiste et réalisateur français né en 1975 à Paris. Figure de la culture contemporaine et artiste prolifique, il est l’auteur de nombreux articles, d’une dizaine d’essais (dont La Victoire des Sans-Rois publié aux PUF), et co-auteur d’une collection de films expérimentaux (« Le Dispositif »).

 

 

Publié le Laisser un commentaire

Fabio Viscogliosi / Harpo / Rencontre

Mercredi 8 janvier à 19h, rencontre avec Fabio Viscigliosi. Rencontre animée par Florian Caschera


Une aventure inédite d’Harpo Marx, qui débute lors d’une tournée théâtrale en Union soviétique avant de bifurquer brutalement au volant d’une Torpédo bleu pâle dans un ravin de Haute-Ardèche, à l’hiver 1933. Une odyssée de poche de l’icône du cinéma américain devenu, un temps, probable vagabond amnésique sur les routes de France.

Publié le Laisser un commentaire

Amélie Lucas-Gary / Hic / Rencontre

Mardi 7 janvier à 19h, rencontre avec Amélie Lucas-Gary

Le point de départ et d’irradiation de ce roman étonnant est ici : sur la parcelle où vit l’auteure, à Ivry-sur-Seine. Tout commence dans un futur proche, avec une jeune femme qui prend un bain. Elle se rappelle son enfance, sa famille ; elle écoute les bruits du dehors, dont elle semble vouloir se protéger. Soudain, le récit remonte le temps et nous entraîne vers les années cinquante, le haut Moyen Âge, le paléolithique, la naissance du système solaire, et ainsi jusqu’au big bang, qui marque le milieu du livre. On repart alors en sens inverse, vers le présent, en Nouvelle-Zélande ; comme si on avait traversé la Terre pour ressortir aux antipodes.

Publié le Laisser un commentaire

Jean-Pierre Filiu / Algérie, la nouvelle indépendance / Le Seuil / Rencontre

Mercredi 18 décembre à 18h30

L’histoire de la nouvelle indépendance de l’Algérie s’écrit sous nos yeux, depuis ce 22 février 2019 où des foules de femmes et d’hommes ont exigé dans tout le pays de reprendre en main leur destin. Cette contestation populaire continue depuis de se mobiliser chaque vendredi, après avoir obtenu la démission du président Bouteflika, en poste depuis vingt ans, et le report d’une élection vidée de sens. Car elle aspire, au-delà de la sanction de tel ou tel dirigeant, à la refonte sur des bases enfin démocratiques du système en place depuis la fin, en 1962, de la domination française.

Cet essai, où la réflexion historique se nourrit de l’expérience de terrain, replace les événements en cours en Algérie dans la longue durée de son mouvement national. Il offre, pour la première fois, un cadre d’interprétation à une actualité foisonnante, s’interrogeant sur la portée stratégique de la non-violence, sur la place réelle des jeunes ou des femmes dans cette protestation, sur le poids d’une économie de rente, mais aussi sur le rôle central des supporters de football ou les tactiques des groupes islamistes. Il montre comment la hiérarchie militaire, jusqu’alors protégée dans son arbitraire par un pouvoir civil de façade, est contrainte de gérer ouvertement cette crise, avec une brutalité de plus en plus affichée.

Jean-Pierre Filiu, historien et arabisant, est professeur des universités à Sciences Po (Paris).

Publié le Laisser un commentaire

Mamilamira, la Voix des Berceuses / Fabrication Maison / Lancement

Mercredi 11 décembre à 18h30

Une édition Passages en images
Conception graphique Fabrication Maison

On dit que tout commence par des chansons, celles qu’on fredonne pour bercer, inviter à la rêverie.
Berceuses chantées par des femmes et des hommes nés de part le monde.
Berceuses chantées, cueillies au fil de rencontres chez des habitants de Tremblay en France. Chansons et comptines d’enfance.
Un arrangeur, des musiciens, une metteuse en scène : un concert musical et vocal. 17 titres, berceuses et comptines gravés dans un CD.
A partir des voyageuses paroles, une histoire est née. Celle de Shapirou et de sa aieüle Mamilamira… Leur destin pourrait être le nôtre, simple et merveilleux.
Des ateliers conduits par Boris Tissot, sculpteur de biscuits. Les illustrations prennent forme dès sortie d’un four à chaleur tournante.
Un livre, un cd, des images gourmandes… L’oeil et l’oreille en plein éveil…
Lire et chanter, chanter puis lire ou l’inverse. A chacun son ordre, à chacun son appétit. Ce livre Cd a été conçu comme un de ces objets familiers dont on prend soin parce qu’on souhaite le partager le plus longtemps possible.

Publié le Laisser un commentaire

Rim Battal / L’eau du bain / Supernova / Lancement

Vendredi 6 décembre à 19h

Supernova est heureuse de vous inviter à célébrer la parution du 6ème livre de la collection de littérature « Dans le vif », « L’eau du bain  » de Rim Battal le vendredi 6 décembre au Monte-en-l’air.

« L’eau du bain » est un recueil de pensées, fragments, poèmes sertis dans un texte en prose, à la lisière du journal, écrit au jour le jour, de l’essai et de l’autobiographie.
Le texte se définit lui-même comme un monstre : « Le monstre s’est appelé d’abord Putain, maman! Puis Corps à corps, puis Feu! Pour devenir enfin « L’eau du bain ».
*********
L’EAU DU BAIN
Le poète plonge le lecteur dans les méandres de la maternité avec une liberté, un humour et une audace entièrement inédits. L’écriture brève, fragmentaire, la recherche du discontinu et de la cassure permettent le jaillissement d’intuitions toujours mises à l’épreuve de l’expérience.
Usant de véhémence, la succession de petites phrases, la menace, le sarcasme produisent l’impression de la mitraille. Rim Battal n‘hésite pas à user de syllogisme pour créer une alliance entre poème et théorème proche de la rhétorique classique. A la manière des Essais, la poète, Sisyphe en escarpin, constate, tente de comprendre et de trouver le mot juste pour dire le corps, le désir, la colère, le tire-lait, le placenta, les boulettes de Kefta, la génétique, l’épuisement… La maternité est politique et le poème seul permet cette union de l’intime et de l’universel. Comme un rap abrasif, l’écriture acide de Rim Battal délivre une pensée dont la singularité appelle les métaphores pour pouvoir éclore et se sublimer. « Première hâte de grossesse : voir se défaire ce noeud que ma mère a noué il y a trente ans. Le nombril du neuvième mois est une nudité totale » Les coupures brillent d’un éclat minéral et révèlent la nécessité pour le poète de dépasser l’ordre biologique et l’éternel retour de toutes choses en donnant naissance à un texte nécessairement monstrueux, dionysiaque, inactuel, intempestif, grotesque et sublime.

*********
Poète, plasticienne et activiste, Rim Battal propose un nouveau modèle de femme, d’amour et de corps politique à travers les mots, la performance et les arts visuels.Née à Casablanca en 1987, elle vit et travaille à paris depuis 2013.
Elle a publié trois recueils aux éditions Lanskine Vingt poèmes et des poussières, Latex, Transports communs et un recueil aux éditions L’Assaut, Alcôves.

Ses textes ont été publiés dans des revues et des anthologies : Femmes et religions, points de vues des femmes du Maroc, éditions de La croisée des chemins, Maroc, 2014 ; Makhzin n.1, 99 éditions, 2014 ; Anthologie des écritures bougées, éditions MIX, 2018 ;
Lumières marocaines, éditions Langages du Sud, 2018 ; Le système poétique des éléments, éditions Invenit ; Du feu que nous sommes, éditions Abordo ; Libération, Babel heureuse, Possession immédiate, Gonzine, gros gris, Dissonnances, asameena.com, Ataye, La terrasse, Le bruit qui court n3, Polysème n.1 et n.2, Sarrazine, Awiely, etc.

www.rimbattal.com
www.rimbattal.tumblr.com
*********

Publié le Laisser un commentaire

Mondo Disco / Nicolas Wild / La Boîte à bulles / Lancement

Jeudi 5 décembre à 18h30

Infatigable globe-trotteur et reporter graphique au mépris du danger, Nicolas Wild enfile une fois de plus sa casquette d’aventurier entre une sortie piscine et une partie de poker, pour notre plus grand plaisir.Envoyé en reportage autour du globe par Arte, l’armée française ou mu par ses propres envies, il livre à l’issue de chacune de ses missions un récit court marqué par son regard tout à la fois pertinent et décalé.

De la France au Népal, en passant par l’Ukraine, la Turquie et le Liban, ses pas le mènent dans le capharnaüm des tuktuk de Phnom Penh, à la recherche de débris d’avion sur un glacier alpin et dans des camps de réfugiés sur le toit du monde.

Le regard faussement naïf de Nicolas Wild et sa patte reconnaissable entre toutes apportent une fois encore un éclairage fascinant sur des réalités géopolitiques méconnues, qui s’entrelacent aux quatre coins du monde.

Publié le Un commentaire

Zainab Fasiki / Hshouma, corps et sexualité au Maroc / Rencontre

Dimanche 1er décembre à 17h30

Hshouma, signifie « honte » en dialecte marocain. Plus précisément, ce mot désigne l’ensemble des sujets tabous que l’on ne doit pas aborder en société ou en famille. Mi-projet artistique, mi-initiative éducative, cette bande dessinée se veut une tentative d’ébrécher les tabous liés au genre, à l’éducation sexuelle, aux violences faites aux femmes. Les femmes dessinées par Zainab Fasiki peuvent sembler provocantes et fatales, parfois même sarcastiques. Nues, en lingerie ou portant le voile, en ville ou au hammam, elles se moquent d’un masculinisme hypocrite et effrayé par les corps, faisant ainsi fi des canons de beauté imposés par les autres. Ces dessins sont ainsi autant de manières de célébrer les corps et leur beauté, mettant à mal un des piliers sur lequel repose nos sociétés patriarcales, autant au Maroc qu’en Europe. Outre la beauté du trait, Hshouma est un livre important, qui milite pour la libération de la femme dans le monde arabe.

Zainab Fasiki est née en juillet 1994 à Fès. Ingénieure en mécanique, elle détient également une patente professionnelle de bédéiste et d’illustratrice. Artiste militante pour les droits des femmes et les libertés individuelles, Zainab dirige des workshops de bande dessinée et d’activisme au sein d’universités et d’associations, au Maroc et à l’étranger. Elle est par ailleurs fondatrice du collectif /WOMEN POWER/ qui invite chaque mois vingt jeunes femmes à prendre part à des workshops pour encourager les jeunes artistes dans leur carrière artistique.