Publié le Laisser un commentaire

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot / Les prédateurs au pouvoir / Textuel / Lancement

Mardi 18 avril à 19h

Rencontre / débat suivi d’une signature

Pincon-charlot

La colère sociologique des Pinçon-Charlot est plus vive que jamais :
plus de droite ni de gauche, tous sont réunis autour du veau d’or.
Cynisme et déni de la règle sont devenus le mode de fonctionnement
« normal » des dominants. C’est en toute impunité que s’organise
la corruption au profit d’une petite caste affamée d’argent sous l’oeil
bienveillant des gouvernements.
Il y a bien sûr Donald, François, Marine et les autres, sur lesquels les
Pinçon-Charlot alignent chiffres et faits irréfutables.
Ils jettent aussi leur lumière crue sur des pratiques d’une extrême violence :
celles de la financiarisation des services à la personne ou la mondialisation
du droit à polluer avec le juteux trafic des « crédits carbone ».
C’est une guerre que le couple mythique dénonce ici, avec l’argent comme
arme de destruction massive. Une guerre de classe qui menace l’avenir
de l’humanité.
Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, sociologues, anciens
directeurs de recherche au CNRS, sont spécialistes des grandes
fortunes françaises. Leur ouvrage Le président des riches
(La Découverte, 2010), s’est vendu à 150 000 exemplaires. Ils ont
publié aux éditions Textuel en 2012 L’argent sans foi ni loi.

Publié le Laisser un commentaire

Marie-Pierre Brunel / Morales / Vernissage

Jeudi 13 avril à 18h30, vernissage de l’exposition de Marie-Pierre Brunel à l’occasion de la sortie de Morales.

Exposition du 10 au 23 avril

morales

Morales : un livre d’artiste pour Marie-Pierre Brunel 

Dans sa nouvelle publication, l’Atelier Césure expose les peintures de Marie-Pierre Brunel. Développant un univers étrange, elles convoquent les imaginaires populaires et mettent en scène l’enfance. Pour animer ce travail, le livret Morales revisite le genre littéraire de la fable, et donne vie aux portraits de petits orateurs en pied qui scandent des morales du 18ème siècle à la valeur intemporelle. Le projet en ligne.

 

Publié le Laisser un commentaire

Jean Stern / Mirage gay à Tel Aviv / Libertalia

Vendredi 7 avril à 18h30, à l’occasion de la publication de Mirage gay à Tel Aviv aux éditions Libertalia, rencontre avec Jean Stern.

libertalia-jeanstern-miragegayatelaviv-couv_web_rvb

« “Fier d’être un gay, fier d’être un visiteur gay dans un pays fier d’être Israël”. Aussi simplette semble-t-elle, la formule Lave Plus Rose cartonne, surtout quand la baise est mémorable. Ensuite, de réseau en réseau, dans leur sphère publique comme dans leur cercle d’amis, les gays de retour de Tel Aviv ne tarissent pas d’éloge sur leur séjour, et contribuent à remplir les charters de touristes homonationalistes émoustillés d’avance. […] Cerise sur le gâteau, Israël fait de sa politique ultrasécuritaire un joker. Pour jouir en toute quiétude, les gays d’aujourd’hui saluent la “sécurité” du pays ; comme ceux qui draguaient autrefois au Maroc ou en Tunisie cherchaient la “discrétion”. C’est le grand succès du pinkwashing : le séjour ludique à Tel Aviv prend le ton d’un pèlerinage politique. »

Dans cette enquête inédite et à contre-courant, Jean Stern démonte une stratégie marketing et politique orchestrée par l’État israélien – le pinkwashing – qui consiste à camoufler la guerre, l’occupation, le conservatisme religieux et l’homophobie derrière le paravent sea, sex and fun d’une plaisante cité balnéaire, Tel Aviv. De Tsahal, armée affichée « gay-friendly  », au cinéma – porno ou branché – empreint d’orientalisme, en passant par la frénésie nataliste chez les gays via la gestation pour autrui, l’auteur raconte l’envers du décor d’un rouleau compresseur. Ce « mirage rose » est décrié par les homosexuels palestiniens et les militants radicaux LGBT israéliens, juifs comme arabes.

L’auteur

Cofondateur de GaiPied en 1979, puis journaliste à Libération et à La Tribune, Jean Stern a publié Les Patrons de la presse nationale. Tous mauvais (La Fabrique, 2012).

Publié le Laisser un commentaire

Rémy Oudghiri / Ces adultes qui ne grandiront jamais / Éditions Arkhê‎ / Rencontre

Jeudi 6 avril  !

ad

18h45 Débat & échanges par Rémy Oudghiri

Antoine Doinel, Monsieur Hulot, Woody Allen, Pierre Richard, Don Draper et bien d’autres : à l’occasion de la sortie l’ouvrage Ces Adultes qui ne Grandiront jamais, Petite sociologie des grands enfants, venez découvrir l’univers de ces Peter Pan. Rémy Oudghiri dévoile ce que ces personnages emblématiques qui peuplent films, BD et séries, nous disent de notre époque…

19h15 Verre & Dédicaces

* * *

Rémy Oudghiri est sociologue, spécialiste des tendances de société. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de décryptage Déconnectez-vous! (Arléa, 2013) et Petit éloge de la fuite hors du monde (Arléa, 2014). Rémy Oudghiri est régulièrement interviewé en tant qu’expert des tendances émergentes et des phénomènes de société tels que l’emprise des nouvelles technologies sur notre quotidien.

Publié le Laisser un commentaire

Chloé Wary / Conduite interdite / Éditions Steinkis / Lancement

Mercredi 5 avril à 18h30, lancement  de Conduite interdite de Chloé Wary publié aux éditions Steinkis.

steinkis conduite interdite 3D

L’Arabie saoudite est le seul pays au monde où il est interdit aux femmes de conduire. Aujourd’hui, les Saoudiennes font leurs études à l’étranger, travaillent, votent et peuvent être élues… mais pas conduire elles-mêmes leur voiture. Après cinq années passées à Londres, Nour rentre en Arabie saoudite. Ce retour lui cause un certain malaise, jusqu’à ce qu’elle croise un groupe de femmes bien décidées à revendiquer leur indépendance. Le 10 novembre 1990, elles sont 47 à prendre le volant, et deviennent les pionnières d’un mouvement féministe qui revendique le droit de conduire !

Publié le Laisser un commentaire

Philippe Annocque / Elise et Lise / Éditions Quidam / Lecture

Jeudi 30 mars à 18h30, Elise prend l’air au Monte en l’air et Lise aussi, avec la voix de Christophe Brault qui nous fera la lecture, de l’auteur, de l’éditeur et de la foule en délire.

elise

« Elle lui disait des mots comme En moi Tout en moi
Tout à moi et lui ne savait que chuchoter oui oui oui oui. Il était tout en elle et il lui semblait qu’il n’avait jamais été à ce point en elle et si tendu de désir. »

Elles sont jeunes et jolies, portent presque le même prénom, deviennent amies, si proches qu’elles s’empruntent leurs vêtements. Elles sont pareilles. Elles sont pareilles ?

Elise et Lise est un conte. Un conte d’aujourd’hui. Un conte sans fées.

« Quand on lit un conte, dit Sarah, on lit une histoire et on a l’impression que l’histoire raconte autre chose que ce qu’elle raconte. »

————————–
Philippe Annocque
Pas bien sûr d’être un, dubitatif quant à la mention « Du même auteur » qui commence à accompagner ses livres, Philippe Annocque répond cependant quand on l’appelle par son nom, par souci de commodité. Ses papiers le disent né en 1963, il veut bien les croire. D’origines variées, animé de passions diverses et hétéroclites, il écrit des livres qui lui ressemblent sans pour autant se ressembler entre eux : disparates et convergents, nés de la question de l’identité. Il est l’auteur chez Quidam de Liquide (2009), Monsieur le Comte au pied de la lettre (2010), RIEN — qu’une affaire de regard (2014) et Pas Liev (2015) et de Elise et Lise (2017).

Publié le Laisser un commentaire

Nine Antico / America / Éditions Glénat / Lancement

Mercredi 29 mars à 18h30, rendez-vous avec Nine Antico à l’occasion de la sortie d’America aux éditions Glénat.

nine

Ça y est, Pauline fait officiellement partie de la catégorie « larguée. » Seulement, la fameuse dépression post-rupture qu’on lui a promis tarde à arriver. En attendant, Pauline s’ennuie ferme. D’autant que c’est le mois d’août à Paris. Tous les bons copains sont partis, il ne reste plus que ceux de seconde zone avec qui partager son malheur. Pauline en a marre, elle a besoin de changer d’air. Sur un coup de tête, elle décide de partir pour les États-Unis. Entre fantasmes et réalité, de New York à San Francisco, Pauline voyage dans les villes qu’elle a rêvées, s’ouvre au monde… mais continue de se faire des films.

Après les vacances entre copines de Girls don’t cry et les soirées en demi-teinte de Tonight, Nine Antico poursuit les aventures de Pauline et son impérieux désir de vivre. Loin des clichés, mêlant humour et savoureuse cruauté, l’auteur dépeint une héroïne contemporaine autant inspirée par sa fascination pour la pop culture américaine que par les icônes de la Nouvelle Vague. Drôles, maladroites, parfois agaçantes, toujours attachantes, les filles de Nine Antico nous ressemblent.

Publié le Laisser un commentaire

Yassine résidence GRPHSM ! / Sukrii Kural et Raphaël Garnier / Rencontre

Jeudi 23 mars à 19h, lancement de la Résidence GRAPHSM ! de Yassine !

Dans le cadre d’une résidence d’auteur financée par la Région Ile de France, nous avons le plaisir de confier l’organisation d’une dizaine de rencontres sur le design graphique à Yassine, auteur et illustrateur, fondateur du blog L’Articho  et animateur de l’émission Studio Articho sur Radio Campus. Spécialistes, graphistes, typographes viendront parler et échanger sur ce sujet au fil d’un programme avec des thèmes parfois classiques et d’autres moins !

Coup d’envoi la semaine prochaine avec deux invités : Raphaël Garnier et Sukrii Kural (Super-structure)

 

yassine

 

GRPHSM !

1 : DESIGN GRAPHIQUE DIY

 » Expert en rien, curieux de tout. » Raphaël Garnier

Lassés du travail de commandes ces deux graphistes se sont pris en main et ont décidé de s’impliquer dans des projets personnels où leurs compétences et leurs envies pouvaient se conjuguer pleinement. Expérimentateurs, curieux et désinvoltes ils s’approprient les outils modernes pour développer leurs univers en toute indépendance sans jamais oublier de collaborer avec d’autres pour enrichir leur pratique.

Invités

Raphaël Garnier
Graphiste et dessinateur, fasciné par Illustrator qu’il considère comme un jeu vidéo, il développe son univers graphique de manière vectorielle sur ce logiciel. Une pensée géométrique constituée de formes simples en noir et blanc qui se combine dans des rapports tendus. Il a créé un système formaliste dans lequel il peut faire rentrer toutes ses envies. Dessiner une typo, éditer un livre, réaliser un film d’animation, produire des motifs textiles ou encore inventer une histoire. À travers le nom La Trance -terme générique qui englobe l’ensemble de ses pratiques artistiques- il développe un univers graphique singulier rempli d’éléments minéraux et végétaux synthétisés dans lequel parfois il n’exclut pas de mettre en scène des personnages.

raphaelgarnier.com

Sukrii Kural
Ce graphiste belge est avec le dessinateur François de Jonge un des deux cerveaux aux commandes de Super structure, un micro-éditeur bruxellois qui publie des petits livres et un fanzine éponyme contenant bd et dessin dans un style moderne et brut de décoffrage. Un projet qui met au centre la notion d’expérimentation à travers l’impression, l’encre, le papier et la reliure. La matière de l’objet imprimé est la préoccupation majeure de Sukrii Kural. Une des caractéristiques de sa démarche est qu’il travaille de manière étroite avec des dessinateurs. Par l’alchimie de la mise en page et de l’impression, le dessin devient une matière à transformer. Depuis 2015 il réalise des affiches remarquées pour le musée bruxellois Arts et marges.

superstructurestructure.tictail.com

_ — _ — _ — _ — _ — _ —

À suivre…

– Le Dessin de la lettre dans la BD avec Placid & Thomas Gabison

– La Nouvelle Typographie avec Victor Guégan

– Police de France avec Benoit Bodhuin et Velvetyne

– Conférence : humour dans le design Graphique ? avec Yassine & Toma Bletner

– Les 30 glorieuses avec Julien Gineste et Sandra Chamaret

– Design graphique dans l’Entre-deux-guerres avec Fabien Chaminade

– Grapus avec Léo Favier

– Découverte du design graphique bulgare Nikola Mihov & Michaël Bordat

– Des lettres dessinées à la bombe avec Gsulf , Torpen et François Chastanet

– Isotype avec Alexandre Dimos

Publié le Laisser un commentaire

Philippe Katerine / Ce que je sais de la mort / Hélium

Mercredi 22 mars à 19h, Philippe Katerine sera avec nous !

katerine

En écho à son premier livre, Doublez votre mémoire, Journal graphique (Denoël 2007), Philippe Katerine livre ici aux éditions Hélium des petites leçons de philosophie illustrées tout public ! À l’occasion d’une conférence-spectacle, l’artiste en pull rayé tricoté main, sourire jovial décalé, endosse le rôle du professeur Katerine : Ce que je sais de… rassemble deux livres sur les thèmes de l’amour et de la mort, points de départ d’une petite bibliothèque philosophique et graphique où chaque leçon, aussi concise et subtile qu’une chanson, offre à ses élèves chahuteurs quelques pistes pour mieux comprendre la vie.

Sous couvert de légèreté, fort d’une naïveté assumée, le musicien devenu un artiste populaire incontournable de la scène française allie fantaisie et profondeur et s’empare de nos interrogations les plus essentielles, voire existentielles, livrant à la sensibilité de
chacun son regard particulier. Son dessin volontairement libre à la
poésie fantaisiste, sa façon amusante de se représenter, sa douceur singulière, tout est mis au service du propos – ainsi, chaque livre atteint le but recherché : questionner pour émouvoir.

Publié le Laisser un commentaire

Julien Gardon & Jérôme Barbosa / Le Dernier cri / Exposition

Samedi 18 mars vernissage de 17h à 20h de l’expositon de Julien Gardon et Jérôme Barbosa. Exposition jusqu’au dimanche 2 avril.

cri


Julien Gardon est un artiste dessinateur autodidacte au trait sombre et acéré. Ses dessins sont frontaux, expressifs, comme faits sous tension. Ca râle, ça suinte, ça hurle… Il a participé à divers fanzines et collectifs (Couverture, Gestrococlub, Hôpital brut, Galerie E2, Que suerte, Garage L…) et a auto-édité deux livres (« Toujours la même chose » et « Mauvaise passe »). Son dernier travail « Dégage !!! » est sorti au Dernier cri en 2016.

Jérôme Barbosa a tout d’abord fait ses armes dans la photographie, de reportage quasi exclusivement. En 1998, il découvre les rayonnages surchargés de la librairie Un Regard Moderne, dont il garde un très vif souvenir, surtout celui des couvertures de comix underground (Zap, Snatch et Raw) qu’il y a dénichés. Puis à partir de 2006, en autodidacte, il s’est exercé au dessin par l’entremise de la bande dessinée (Robert Crumb, Joe Sacco, Thomas Ott), sans jamais y verser. Petit à petit, délaissant un peu la bd, il explore les univers d’illustres prédécesseurs : Bruegel, Dürer, Bredsin, Doré, Rops, Kubin, Mucha, Beksiński, Brunovsky. D’où il tire un goût par le rendu de détail proche de la gravure. Son travail assez hétéroclite va du fantastique à l’hyperréalisme sans jamais perdre de vue la puissance de feu de la critique sociale et l’orthodontie. Le Dernier Cri publie son premier recueil de dessin, intitulé 6½, en septembre 2016.