Publié le Laisser un commentaire

Parlons poils : le corps des femmes sous contrôle / Juliette Lenrouilly et Léa Taieb / Lancement

Samedi 26 juin à partir de 15h

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Juliette Lenrouilly e Léa Taieb PARLONS POIL! Le corps des femmes sous contrôle MASSOT ÉDITIONS’

Dédicace du livre « Parlons poils : le corps des femmes sous contrôle » en présence des autrices Juliette Lenrouilly et Léa Taieb à partir de 15h.Le poil féminin vit une révolution : célébrités et anonymes affichent fièrement leur corps velu. Sur Instagram notamment, des dizaines de comptes donnent une visibilité à la pilosité féminine et présentent la femme autrement.Pour autant le poil féminin est loin de gagner la bataille de l’opinion : près de 80 % des Françaises se déclarent contre le retour des aisselles non épilées, le marché des produits dépilatoires se porte comme un charme et nombreuses sont les personnes qui continuent à associer le poil féminin à quelque chose de « viril » ou « non hygiénique ».Conclusion : les femmes ont des poils et, au XXIe siècle, c’est un sujet toujours aussi compliqué. Alors on a décidé d’en parler et d’en comprendre les enjeux. Pour cela, nous avons mené une enquête à la fois 2.0 (sondages, expo, blog) et auprès de spécialistes : historiens, sociologues, psychologues, dermatologues, gynécologues, esthéticiennes et experts en marketing.Juliette Lenrouilly est née en 1996 à Saintes, en Charente-Maritime. Après un double diplôme en journalisme et lettres modernes à Lille, elle entre à l’école de journalisme de l’Institut français de presse. Passée par Slate, L’Obs, Le Paris-Normandie et Loopsider, Libération, elle travaille aujourd’hui pour France Télévisions.Léa Taieb est née en 1992 à Paris. Après une classe préparatoire et l’École de management de Grenoble, elle se reconvertit et poursuit une formation à l’école de journalisme de l’Institut français de presse. Journaliste société et touche-à-tout, elle fréquente les rédactions de La Provence, Le Monde, Challenges et Les Échos.

Laisser un commentaire