Publié le Laisser un commentaire

Pochep / La Pierre bleue / BDCul / Lancement

Jeudi 17 novembre à 18h30

Au crépuscule des âges, vit Jan-Jâk, un jeune homme cro-mignon. Guerrier curieux et philanthrope, il cherche une petite tanière chaude et humide lorsqu’il rencontre une tribu de sympathiques chasseurs-queuteurs en pleine traque d’un troupeau de Deux-Nez. Selon eux, la corne du rhinocéros serait capable de guérir leur chef Pââ-Trik de la terrible malédiction qui le frappe : son bambou qui-crache reste plus mou qu’une liane. Les villageois voient dans le jeune et beau Jan-Jâk au-derrière-de-feu, l’opportunité de rallumer le volcan éteint de leur souverain. Il y a plus de 500 000 saisons, Jan-Jâk s’élançait vers l’inconnu, à la découverte de ceux-qui-se-sucent debout : les hommes. Aujourd’hui, grâce à Pochep, grand spécialiste de l’homo erectus, c’est enfin la guerre du foutre dans la collection BD-Cul ! Rahaaaaa ! 

Publié le Laisser un commentaire

Martin Lamotte / Au-delà du crime. Ethnographie d’un gang transnational / CNRS éditions / Rencontre

Originaires des prisons de Porto Rico, les Ñetas se sont développés sur la côte est des États-Unis à partir de la fin des années 1980. À l’heure de la  » guerre contre la drogue « , ils sont l’un des principaux gangs de New York, impliqués dans les conflits de territoire qui déchirent la ville. Le groupe s’étend ensuite, au tournant des années 2000, en Amérique Latine et en Europe. Dans le même temps, au risque de divisions intestines, La Asociación (comme l’appellent aussi ses membres) entreprend une  » pacification  » interne pour se concevoir avant tout comme un mouvement de lutte œuvrant pour l’amélioration du sort des opprimés.

Partagée entre New York, Guayaquil et Barcelone, cette enquête interroge la manière dont un tel collectif se construit et se transforme. Par-delà l’imaginaire cinématographique, télévisuel ou musical attaché aux gangs, elle met en lumière son fonctionnement au quotidien : sa structuration, les rapports de pouvoir et les tensions qui le traversent, ses lois et rituels propres, ses différentes façons de s’ancrer dans l’espace ou de dire son histoire, ses ambitions spirituelles, sociales et politiques, son rapport à l’écrit ou à la violence.

En retraçant le parcours de ses membres, en revenant sur la relation qui se tisse entre l’anthropologue et les Ñetas, cette ethnographie vivante et sensible interroge ce qu’est un gang au-delà du crime ; elle montre les ressources qu’il peut offrir à une population bloquée dans les marges d’un capitalisme prédateur.

Publié le Laisser un commentaire

Métiers de rue : Observer le travail et le genre à Paris en 1900 / Juliette Rennes / Rencontre

Vendredi 18 novembre à 19h30, rencontre animée par Etienne Anheim

Le 21 février 1907, une foule se presse sous une pluie battante devant le 94, rue Amelot dans le XIe arrondissement pour voir les deux premières cochères parisiennes s’élancer. Honnies ou célébrées avant d’être oubliées, ces pionnières constituent le point de départ de l’enquête de Juliette Rennes sur le travail de rue à la Belle Époque. Dans un Paris en pleine transformation qui loue la consommation et s’ouvre au tourisme, les activités sur la voie publique, de la vente ambulante au transport en passant par les arts forains, sont présentées sous un angle pittoresque par la presse, les éditeurs de cartes postales et des auteurs en vue.

Riche de plus de 180 illustrations, ce livre confronte les représentations des métiers de rue, souvent fantasmées, aux expériences des travailleuses et travailleurs. Les sources mobilisées, allant de la culture visuelle aux statistiques publiques, des archives policières aux reportages de presse et aux récits de soi, rendent alors saillantes les formes variées et inégalitaires d’usages de la rue et de visibilité selon les positions de classe, de genre et d’âge. Cette ethnographie historique offre ainsi des ressources précieuses pour comprendre les reconfigurations de l’espace urbain contemporain et ses futurs possibles.

Publié le Laisser un commentaire

Annulé : D̶e̶s̶ ̶p̶a̶i̶l̶l̶e̶t̶t̶e̶s̶ ̶s̶u̶r̶ ̶l̶e̶ ̶c̶o̶m̶p̶o̶s̶t̶.̶ ̶É̶c̶o̶f̶é̶m̶i̶n̶i̶s̶m̶e̶s̶ ̶a̶u̶ ̶q̶u̶o̶t̶i̶d̶i̶e̶n̶ ̶/̶ ̶M̶y̶r̶i̶a̶m̶ ̶B̶a̶h̶a̶f̶f̶o̶u̶ ̶/̶ ̶R̶e̶n̶c̶o̶n̶t̶r̶e̶

Mercredi 9 novembre à 19h30

Tout à la fois récit, essai, mais aussi témoignage d’une époque et d’un engagement, Des paillettes sur le compost est une exploration sensible et politique du quotidien. Dans un style enlevé – parfois cru, souvent cri – Myriam Bahaffou montre que c’est dans les replis de situations ordinaires (un rendez-vous chez l’esthéticienne, un déjeuner en terrasse…) que se déploie la puissance des écoféminismes.

Elle dynamite les codes et jongle avec les concepts, comme elle navigue dans la vie entre recherche et militantisme. Elle explore, dissèque, raconte des histoires décoloniales, antispécistes, queer et magiques. Loin d’être une philosophie désincarnée, un label marketing ou un argument électoral, l’écoféminisme se révèle en prise directe avec la réalité et la chair. Les mots de Donna Haraway, Audre Lorde, Jacques Derrida et bell hooks se mêlent aux cris des guerrières du Rojava et aux incantations des fées et des sorcières… dans ce livre qui, dans la pure tradition écoféministe, laisse joyeusement s’entrelacer les voix et les formes narratives.

Publié le Laisser un commentaire

Isabelle Garo & Michael Löwy / Le jeune Marx / Diable Vauvert et Éditions sociales / Rencontre

Mardi 8 novembre à 18h30, discussion animée par Marina Simonin, éditrice, autour des deux ouvrages : Marx à 20 ans d’Isabelle Garo et La théorie de la révolution chez le jeune Marx de Michael Löwy.

Marx à 20 ans

Marx fut d’abord un jeune bourgeois rhénan éduqué dans la fidélité aux Lumières et hostile à l’Ancien Régime prussien. Étudiant en droit, il se passionne pour la philosophie et la poésie, vocation nourrie par son amour contrarié pour Jenny von Westphalen. Devenu journaliste, il découvre la misère du peuple mais aussi l’ampleur des injustices liées au capitalisme naissant. De Kreuznach à Paris, en passant par Berlin, ses choix personnels sont inséparables de l’histoire de l’Europe à la veille de la révolution de 1848 et ils le mèneront à bouleverser la théorie autant que la politique.

La théorie de la révolution chez le jeune Marx

Classique de la pensée marxiste, traduit dans de nombreuses langues et épuisé en France, ce livre est un essai d’analyse marxiste de la pensée du jeune Marx.
Michael Löwy, spécialiste internationalement reconnu, n’étudie pas cette pensée comme un tout abstrait, statique et homogène, mais comme un itinéraire politico-philosophique qui mène Marx du néo-hégélianisme de gauche à la théorie de la révolution communiste. Son approche se distingue par son objet, la théorie de l’auto-émancipation du prolétariat par la révolution communiste, et par sa méthode, saisir la pensée révolutionnaire du jeune Marx dans ses liens dialectiques avec les courants radicaux du mouvement ouvrier de son époque.

Publié le Laisser un commentaire

Cardon / Ras le bol / Les Requins marteaux & Super Loto / Lancement

Vendredi 4 novembre à 18h30

Début des années 1970 : le règne des bagnoles, la consommation de masse, le capitalisme débridé, l’exploitation des
ouvriers, le pillage des ressources naturelles, le premier choc pétrolier, la guerre froide et les dictatures…
Qui pense que c’était mieux avant ?

Ras le bol regroupe les strips hebdomadaires de Cardon parus dans Politique Hebdo et l’Humanité Dimanche de 1970 à 1976. Son regard acerbe, son humour noir et sa poésie en embuscade décortiquaient les travers d’une société qui voyait sonner le glas des Trente Glorieuses, un tunnel dont nous ne sommes pas sortis.

Et dire qu’il en avait déjà, à l’époque, ras le bol ! 

Publié le Laisser un commentaire

Yapou, bétail humain / Éditions Laurence Viallet / Lecture et présentation

Jeudi 3 novembre à 19h30

Soirée pour fêter la publication de YAPOU aux éditions Laurence Viallet avec présentation puis lecture par les comédiens Catherine Corringer et Renaud Bertin.

Yapou, bétail humain, roman-fleuve philosophico-politique et fresque postmoderne, est l’un des textes les plus extraordinaires qui soient. Ce projet monumental, déployé sur 49 chapitres écrits à partir des années 1950 et sur presque un demi-siècle, constitue une satire grinçante du Japon impérialiste, désillusionné par sa reddition sans condition en 1945.

Ouvrage enrichi d’un appareil critique inédit: essai Théorie de la domestication, de Shozo Numa,postface de Sylvain Cardonnel qui offre des clés de lecture passionnantes, retraçant l’épopée éditoriale de Yapou et le contexte politico-historique.

Publié le Laisser un commentaire

Aniss El Hamouri / Ils brûlent / 6 pieds sous terre / Dédicace

Mercredi 2 novembre à partir de 18h

« On peut laver ce qui a été sali.
On peut réparer ce qui a été rompu.
On peut soigner ce qui a été blessé.
Mais tout ce qui a brûlé,
Restera à jamais en cendres. »

Dans un monde médiéval hostile où sévit une implacable chasse aux sorcières, le jeune Georg aide Ongle et Pluie, deux étranges jeunes filles au passé traumatique, à fuir le Sanctuaire, une prison de l’inquisition. Dotées de pouvoirs effrayants pour le commun des mortels et bien incapables d’expliquer leurs origines, ni même qui elles sont, Ongle et Pluie, accompagnées de Georg, se lancent dans une errance désespérée à travers le pays. Georg découvre peu à peu la profondeur des séquelles que les maltraitances physiques et psychiques ont laissées à Ongle et Pluie et à quel point il s’est engagé dans une quête qui le dépasse. Armé de sa bienveillance et de sa candeur, il tente de les aider, pas-à-pas, à guérir.

Où trouver cependant un lieu sûr, dans ce monde qui veut leur mort ? D’autant qu’un implacable inquisiteur, surnommé Le Mage, est sur leurs traces et semble capable de les trouver jusque dans leurs rêves. Recevront-iels l’aide de cette étrange voix venue des tréfonds de la forêt dans laquelle iels s’enfoncent inexorablement ?

Ils brûlent est un récit mystique et poétique sur l’identité, le traumatisme, la difficulté de guérir ainsi que sur l’amitié.

Publié le Laisser un commentaire

Christophe Bataillon / Tes premiers mois / Delcourt / Lancement

Samedi 29 octobre à 17h

Une histoire d’amour entre père et fils, tout en délicatesse et en tendresse. Avec presque rien, le dessinateur Christophe Bataillon raconte entre rire et larme les premiers mois d’un jeune papa célibataire. Des illustrations magnifiques parfois accompagnées d’une phrase ou deux… il dit tout en quelques mots. Un récit autobio tout en pudeur, pour ceux qui ont été parents pour la première fois.

Publié le 2 commentaires

Delfeil de Ton / Les Lundis de DDT2 / L’Apocalypse / Lancement

Vendredi 28 octobre à 19h30

Rencontre avec Delfeil de Ton animée par Pacôme Thiellement.

Delfeil de Ton, autrement dit D.D.T., né en 1934, a tenu ses Lundis dans le Nouvel Observateur entre 1975 et 2020, soit quarante-cinq ans de chroniques hebdomadaires. Venu d’Hara Kiri et de Charlie-Hebdo, il a amené dans les pages de « L’Obs » un esprit radical et un humour assassin qu’il est difficile aujourd’hui d’imaginer dans une presse grand public.

Ce deuxième volume (1978-1979) nous replonge dans les années Giscard-Peyrefitte, les années punk, Bazooka, le moment où les barrières de sécurité envahissent Paris, la fuite du Shah d’Iran, l’assassinat de Mesrine, une époque où les pires Vichystes sont encore
en vie et à des postes haut placés. Delfeil de Ton est de tous les combats contre les obscurantismes, il est contre la censure et contre la peine de mort, car la guillotine est toujours en activité sous Giscard d’Estaing.
En réponse à la bêtise de son temps, Delfeil utilise un couperet imparable, définitif. Les grandes nouvelles internationales, les faits divers provinciaux, les bobards des quotidiens partisans, tout cela forme pour lui une immense matière où puiser le plus tragicomique, traçant un portrait sans concession de cette époque… qui à bien des égards est la gestation du pire de la nôtre.

Publiés pour la première fois en librairie, les Lundis en version intégrale.

Préface de Pacôme Thiellement

Dessin original de couverture de Siné (2012),
d’après le Portrait officiel de Delfeil de Ton par Reiser (1975).