Publié le Laisser un commentaire

Pacôme Thiellement & Jonathan Bougard / Les Cinq Livres du King / Éditions Le Feu Sacré‎ / Lancement

Dimanche 12 octobre à 17h, Le Feu Sacré éditions vous invite au lancement du nouveau livre de Pacôme Thiellement illustré par Jonathan Bougard : Les Cinq Livres du King !

PacomeVous connaissiez son travail d’essayiste – exégète des séries tv (Twin Peaks : La Main gauche de David Lynch, Les Mêmes yeux que Lost, Pop Yoga) ? Découvrez le feuilleton littéraire de Pacôme Thiellement généreusement illustré par Jonathan Bougard. Une œuvre pop et alchimique dans laquelle bouillonnent les influences hybrides de J.J. Abrams, René Guenon, Borges et South Park ! »

« Quelque chose ne tourne décidément plus rond en occident depuis la destruction de l’Ordre du Temple ! Aux quatre coins du monde, le spectre d’Elvis Presley apparaît à une poignée d’élus en récitant de cryptiques aphorismes bouddhistes. Ces bienheureux répondent aux noms de Jacques Chirac, Beyoncé, Yoko Ono, Michelle Obama, David Duchovny, Roland Dumas ou encore Charles Manson. Ils sont agents infiltrés de la Fraternité de la Rose-Croix, membres de la secte des Dugpas ou simples Muppets. Tous attendent nerveusement l’Apocalypse et l’avènement du Manu, le « roi du monde »…

Publié le Laisser un commentaire

Dissonances / Lectures

Samedi 11 octobre à 19h, soirée de lectures à l’occasion de la sortie du n°27 de la revue Dissonances -auteurs présents Arielle Lacazzi, Xavier Bonnin, Thomas Braun, Christophe Esnault, Blandine Fauré, Jean-Marc Flapp, Samuel Lévêque-

dissonanceDISSONANCES est une revue de création littéraire thématique et semestrielle (parutions : avril et octobre) dont les objectifs sont la découverte et la promotion de la littérature francophone actuelle dans tous ses états.

veut présenter pour chaque thème des points de vue et formes aussi divers que possible, des écritures fortes, des auteurs habités.

a abordé les thèmes « les Etats-Unis », « l’Europe », « la Religion », « le Sexe », « la Mort », « la Folie », « la Laideur », « l’Argent », « le Futur », « la Merde », « l’Amour », « la Peur », « Ivresses », « l’Autre », « Insurrection », « Masques », « Entrailles », « Idiot », « Maman », « le Vide », « Rituels », « Superstar », « le Mal », « la Peau », « Animal(s) », « Orgasmes » (le prochain sera « Ailleurs »).

existe depuis 2002, en est à son 27, a lancé son 28 (« Ailleurs ») qui sortira en avril 2015.

réserve sa partie « création » aux textes reçus à dissonons@yahoo.fr où ils sont tous anonymés (y compris ceux des animateurs de la revue) avant d’être proposés au comité de lecture : connus et inconnus, proches ou pas, tous les auteurs intéressés ont les mêmes chances de s’y faire publier.

est illustrée par carte blanche donnée pour chaque numéro à un artiste unique à l’oeuvre duquel est de plus consacré un portfolio de 10 pages.

propose quatre rubriques « critiques » : « dissection » où un auteur connu (il y a eu hubert haddad, lucien suel, mathieu riboulet, abdel hafed benotman, valérie rouzeau, jude stéfan, albane gellé, claro, edith azam, ivar ch’vavar) répond à un questionnaire fixe, « disjonction » où quatre chroniqueurs rendent compte de leurs lectures d’un livre remarquable, « dissidences » présentant huit ouvrages coups de cœur parus chez de petits éditeurs, « disgression » consacrée à un domaine autre que la littérature.

Publié le Laisser un commentaire

Sani Djibo & Placid / Rencontre

Vendredi 10 octobre, à 18h30 : dans le cadre de l’exposition de Placid, rencontre avec le dessinateur nigérien Sani Djibo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Placid a rencontré Sani à Niamey en 2009 et a dessiné avec lui dans les rues de Niamey. Ce 10 octobre, l’accrochage de l’exposition « J’Y ÉTAIS », changeant quotidiennement, laissera une large place aux œuvres de Sani, aux dessins de Placid réalisés au Niger, ainsi qu’aux dessins du dessinateur Zou, réalisés au Cameroun.

La rencontre avec Sani aura pour thème le dessins d’observation et la bande dessinée en Afrique de l’ouest, avec la participation de Zou, qui évoquera l’expérience du comix « Waka-Waka » à Yaoundé, dont il a été récemment un actif collaborateur.

Sani Djibo, dessinateur pour les journaux Le Canard déchaîné, La Griffe et L’Enquêteur, publiés à Niamey, est aussi l’auteur du livre Un Guerrier Dendi, publié à l’Harmattan BD en 2012.

Le Guerrier Dendi est une des toutes premières bandes dessinées, autobiographique, à nous offrir un aperçu de la société africaine contemporaine.

Sani est aujourd’hui en résidence à la maison des auteurs, à Angoulême, pour travailler sur un nouveau récit autour de l’histoire de son père, « tirailleur sénégalais » au service de la république française.

Outre ses bandes dessinée, Sani produit aussi des peintures et dessins ancrés dans la réalité nigérienne, mêlant le prosaïsme de la vie quotidienne au fonds omniprésent des mythologies africaines, autour du fleuve Niger, des Hippopotames…

Quelques liens :

Sur le site du CNBDI, le portrait de Sani : sani djibo – Le site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

et le programme des rencontres prévues avec Sani, à Paris et Angoulême : sani djibo, imagiste du niger – Le site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

Les images de Placid réalisées au Niger : tout placid

Bandes dessinées africaines de Zou : Un peu, trop peu d’AFRIQUE- par Zou

Publié le Laisser un commentaire

Marion Balac + Arlt / Aujourd’hui est le jour où tu rejoins tes semblables / Super Loto éditions / Lancement et concert

Jeudi 9 octobre à 18h30, à l’occasion de la publication de Aujourd’hui est le jour où tu rejoins tes semblables de Marion Balac publié chez Super Loto éditions, soirée de lancement en musique avec un mini concert de Arlt.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au cœur d’une jungle luxuriante et mystérieuse, un personnage erre, fantomatique. Rien dans son monologue intérieur n’indique l’origine de sa présence dans cet environnement étrange et étranger, et nous ressentons avec lui l’absence de repères… Il croise, durant sa déambulation, de mystérieuses formes blanches, dont il ne se méfie pas, difficilement identifiables, qui finissent par lui apparaitre comme des esprits, ou des ectoplasmes, et l’invitent à le rejoindre…

Marion Balac construit ici une discrète narration à partir d’une succession de jungles fantasmées, à l’exotisme lointain rappelant le Douanier Rousseau, et au rythme lent d’un Oncle Boonmee (Apichatpong Weerasethakul, 2010) ou d’un Dead Man de Jarmusch…

Publié le Laisser un commentaire

Maxime Schmitt & Giacomo Nanni / Vince Taylor n’existe pas / Editions de l’Olivier / Dédicace

Mercredi 8 octobre à 18h30, à l’occasion de publication de Vince Taylor n’existe pas dans la collection Olivius aux éditions de l’Olivier, dédicace de Maxime Schmitt et Giacomo Nanni

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vince Taylor n’existe pas est la biographie – en partie – imaginaire d’un personnage réel.

Mêlant les faits avérés de la vie du « Démon noir du rock n’roll » et la présence fictive de l’une de ses très jeunes fans, ce roman graphique fait le choix délibéré de l’outrance, de la poésie et du fantastique pour épouser la vie délirante et l’esprit troublé de son personnage. Bad boy, psychopathe et schizophrène, a-t-il vraiment, comme il le prétend, assassiné tous ses rivaux ayant, à la recherche du succès, emprunté son célèbre costume de cuir noir ? Habité, à Paris, dans la réplique de la Statue de la Liberté ? Est-il le seul génie dont toutes les icônes des années 60 ne seraient que les plagiaires ?

En donnant une forme graphique et littéraire à la vie de Vince Taylor, Maxime Schmitt et Giacomo Nanni ont écrit le roman inédit d’une époque et d’une existence vécues jusqu’à la folie.

Publié le Laisser un commentaire

Topor, dessinateur de presse / Strips paniques / Lancement

Samedi 4 octobre à 18h30, à l’occasion de la parution de Topor, dessinateur de presse aux Cahiers Dessinés et de Strips paniques chez Wombat, rencontre avec Alexandre Devaux, auteur du premier et Frédéric Brument, éditeur du second.

On profitera de l’occasion pour fêter la sortie au Cahiers dessinés de J’ai vu passer le bobsleigh de nuit de Gébé et du Catalogue des animaux disparus dans les marais d’amnésie de Poussin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


—————————————————————————–
Topor, dessinateur de presse

Tout a commencé en juillet 1958, lorsque paraît en couverture de la revue Bizarre un dessin énigmatique. Son auteur, alors parfaitement inconnu, ne passe pas inaperçu. Rapidement, il parvient à publier ses œuvres étranges, d’abord dans Arts, Hara-Kiri et différentes revues marginales, puis dans la « grande presse ». Sa notoriété ne fait que grandir. Il devient un auteur protéiforme et boulimique, un personnage public, s’adonnant à la littérature, au théâtre, au cinéma, à la chanson, exposant dans les galeries d’art, participant à des émissions télévisées.

Dans la presse, Topor se donne sans compter, car à ses yeux un journal a autant de valeur qu’un musée, un film ou un livre d’art. Plus le journal se veut libre, plus Topor en abuse ; plus il est ordinaire, plus Topor est extraordinaire. Pour autant, ses dessins ne seront jamais « populaires ». Ils provoquent souvent le malaise et l’incompréhension — ce qui les rend d’autant plus admirables.

Topor, dessinateur de presse est le premier livre consacré exclusivement à ses interventions, quarante ans durant, dans les revues, quotidiens et magazines plus ou moins confidentiels du monde entier. On y retrouve toute sa virtuosité, son humour panique, sa violence métaphysique, son génie singulier.

Strips paniques

Roland Topor, auteur de BD ? Interrogé à ce sujet, Topor répondait souvent que dessiner le même personnage de case en case l’ennuyait… Pourtant, c’est en fin connaisseur qu’il adapte Le Fils de l’ivrogne de Cami, hommage au strip La Semaine camique qui fit les beaux jours de L’Illustration de son enfance.

De fait, dessinateur exceptionnel d’un côté, auteur à l’imagination débordante de l’autre, Topor devait, à la croisée des chemins, s’essayer à la narration graphique. Au gré de ses collaborations à Hara-Kiri, Charlie mensuel, Le Petit Psikopat illustré ou Strips, il créera ainsi nombre d’« histoires en images » au style très personnel mais d’une grande variété, avec un souci constant d’invention.

Premier ouvrage consacré à cet aspect méconnu de son œuvre, Strips Panique réunit huit bandes dessinées, pour la plupart rares et introuvables, réalisées entre 1962 et 1996. Du virulent pamphlet anti-De Gaulle de 1968 La Vérité sur Max Lampin au chef-d’œuvre oublié Erik, conte muet cruel, Topor, en artiste hanté et ludique, ne cesse de chercher et de provoquer – par le rire et le sang – l’étonnement.

Publié le Laisser un commentaire

François Olislaeger / Marcel Duchamp : un petit jeu entre moi et je / Actes Sud / Lancement

Vendredi 3 octobre à 18h30, apéro/dédicace avec François Olislaeger à l’occasion de la publication de Marcel Duchamp : un petit jeu entre moi et je aux éditions Actes Sud

olislaegerMarcel Duchamp revisite son œuvre, au fil d’une promenade légère et amusée, sous le crayon de François Olislaeger, à l’occasion de la grande retrospective au Centre Pompidou du 24 septembre 2014 au 5 janvier 2015.

Publié le Un commentaire

Placid / J’y étais / Editions Alain Baulet / Vernissage

Jeudi 2 octobre à 19h, vernissage de l’exposition de Placid, à l’occasion de la publication de J’y étais publié aux éditions Alain Beaulet. L’accrochage de dessins changera en permanence grâce aux aimants et aux parois métalliques du Monte-en-l’air.

Chaque jour des nouveaux carnets éclatés sur les murs !

D’autres dessins sont visibles ici

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Exposition du 2 au 15 octobre

Publié le Laisser un commentaire

Laure Limongi / Résidence L’HOSPITALITE / Jean-Hubert Gailliot / Le Soleil / Editions de l’Olivier

Mardi 30 septembre à 19 heures, dans le cadre de sa résidence L’HOSPITALITÉ Laure Limongi reçoit Jean-Hubert Gailliot.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils évoqueront son remarquable dernier livre paru à L’Olivier, Le Soleil, mais aussi son travail d’éditeur chez Tristram, maison d’édition qu’il anime avec Sylvie Martigny et qui livre des œuvres essentielles comme celles d’Arno Schmidt, Lester Bangs, J.G. Ballard, une nouvelle traduction de Tristram Shandy, William T. Vollmann, Maurice Roche…

Des extraits du livre de Jean-Hubert Gailliot, Le Soleil, seront lus par Tatjana Jankovic.

Et comme toujours dans les soirées de L’Hospitalité, une recette sera offerte et dégustée…

Publié le Laisser un commentaire

Le vilain petit canard / Journal pour enfants / Lancement

Dimanche 28 septembre à 17h, lancement de la revue pour enfants, Le vilain petit canard.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce journal, on l’espère à la fois émouvant, drôle, enthousiasmant, instructif, et addictif parce qu’il ne faut pas passer à côté des bonnes choses.
On voudrait y parler de mille manières de tout, y compris de politique, et proposer des textes radicaux et en même temps nuancés et documentés, et plutôt joyeux dans l’effet (c’est-à-dire tout sauf les sempiternels reportages plus ou moins larmoyants, après lesquels on a toujours rien compris et les bras coupés, sur la petite fille afghane, la faim en Afrique ou l’ours blanc qui n’en finit plus de crever sur sa banquise).
Par exemple dans ce numéro 1 on peut lire tout un dossier anti sexiste avec des textes de Martin Page et Anouk Colombani, illustrés par Benoît Guillaume, Géraldine Alibeu et Hélène Maurel, dossier comportant un glossaire sur les insultes sexistes (« garçon manqué », »gouine, « enculé », « salope ») qui peut s’avérer précieux à l’heure où les fâcheux de la manif pour tous investissent l’école tout azimut.
Au menu de ce premier numéro il y a aussi un conte de Muriel Bloch illustré par Mireille Vautier, une bande dessinée absurde de Gaëtan Dorémus, le premier épisode d’un feuilleton mythologique par Hélène Maurel, une blague juive à la sauce corse par Arnaud Rafaelian, des poèmes un peu space par Evender Hollyfield et Paul Verlaine, une enquête sur les algues vertes intitulée « Berlut et les algues qui puent » par la journaliste Anne-Laure Marie, illustrée par Emmanuelle Bastien, le mode d’emploi pour fabriquer une bombe de graines par Delphine Grinberg et Vincent Bergier, ainsi qu’une information capitale sur le parmesan.
Le journal est bimestriel, coûte 3 euros, comporte 40 pages + un poster.